Union européenne

09 décembre 2011 11:09; Act: 09.12.2011 11:24 Print

La Croatie deviendra le 28e membre de l'UE

Le 28e membre de l'Union européenne est désormais connu. Il s'agit de la Croatie. La Serbie n'a en revanche pas connu le même sort.

storybild

Le président croate Ivo Josipovic se réjouit de la prochaine entrée de son pays dans l'UE. (Photo: AFP)

Une faute?

La Croatie a signé vendredi à Bruxelles un traité qui lui permettra de devenir en juillet 2013 le 28e Etat de l'Union européenne. Cette adhésion doit encore être approuvé par référendum par son peuple et ratifié par les 27 Etats membres.

Tout juste sortis d'une longue nuit de négociations à Bruxelles, les dirigeants européens, en l'absence remarquée du président français Nicolas Sarkozy, ont paraphé le traité d'adhésion avec la Première ministre croate sortante Jadranka Kosor et le président Ivo Josipovic, qui clôt six ans de négociations d'adhésion.

«Vous êtes chaleureusement bienvenus dans la famille européenne», a déclaré à l'intention des dirigeants croates le président de l'UE Herman Van Rompuy, tout en relevant que ce n'était «pas encore le bout du chemin pour la Croatie». «Avant la date d'accession, les réformes devront continuer», a-t-il toutefois souligné.

«Nous assistons a un événement historique qui, mesuré à l'aune de son importance pour le peuple croate, n'a d'égal que la déclaration d'indépendance de notre pays», s'est réjoui le président croate. La cheffe du gouvernement croate devait ensuite participer pour la première fois à un sommet européen, en tant qu'observatrice.

Système de surveillance

Tirant les conséquences de l'adhésion trop hâtive de la Bulgarie et de la Roumanie, l'UE met cette fois en place un système de surveillance pour s'assurer que Zagreb poursuivra ses efforts de réforme d'ici à juillet 2013.

La Commission européenne rendra des rapports sur la mise en oeuvre des réformes du système judiciaire, la concurrence, et la lutte contre le crime organisé et la corruption. Si Zagreb venait à relâcher ses efforts, Bruxelles pourra lui adresser des lettres d'avertissement, qui pourraient être suivies d'éventuelles sanctions - par exemple, le gel de fonds européens.

Après la Slovénie en 2004, la Croatie est la seconde des six anciennes républiques yougoslaves à adhérer à l'UE, une perspective promise à l'ensemble des pays des Balkans occidentaux.

La Serbie en attente

L'Union européenne compte décider de repousser à mars 2012 toute décision sur l'octroi à la Serbie du statut de candidat, selon un projet de déclaration appelé à être adopté vendredi par les dirigeants européens et obtenu par l'AFP.

«En vue d'accorder le statut de pays candidat (à l'UE) à la Serbie en mars 2012», les dirigeants européens chargent leurs ministres «d'examiner et de confirmer que la Serbie a continué de faire montre d'engagement crédible et a réalisé des progrès supplémentaires dans la mise en oeuvre des accords» en vue d'une normalisation de ses relations avec le Kosovo, dit le texte.

Les dirigeants européens étaient appelés à se prononcer ce vendredi sur la décision d'accorder le statut de candidat à la Serbie, comme la France ou l'Italie le souhaitaient, mais qui se heurtait notamment aux réticences de la chancelière allemande Angela Merkel.

Ils étaient également appelés à se prononcer sur l'ouverture de négociations avec le Monténégro, recommandée par la Commission européenne. Là aussi, les dirigeants européens devraient repousser leur décision, selon le document.

«En vue d'ouvrir les négociations d'adhésion avec le Monténégro en juin 2012», l'UE charge ses ministres «d'examiner les progrès du Monténégro en matière de mise en oeuvre des réformes», en particulier en ce qui concerne «la lutte contre la corruption et le crime organisé, sur la base d'un rapport que la Commission devra présenter au premier semestre 2012», souligne le document.

(ats/afp)