Soudan

02 juillet 2014 06:16; Act: 02.07.2014 06:22 Print

La chrétienne encore ciblée par une procédure

Des membres présumés de sa famille veulent relancer l'affaire concernant la Soudanaise chrétienne, accusée d'apostasie, qui a échappé à la peine capitale.

storybild

Meriam Yahia Ibrahim Ishag a été accusée d'apostasie, au Soudan. (Photo: AFP/-)

Sur ce sujet
Une faute?

La Soudanaise chrétienne, réfugiée à l'ambassade américaine à Khartoum après l'annulation de sa condamnation à mort pour apostasie, est la cible d'une nouvelle procédure judiciaire. La requête émane de personnes affirmant être membres de sa famille, a indiqué son avocat mardi.

Ces personnes, de confession musulmane, qui entendent prouver leur lien de parenté avec Meriam Yahia Ibrahim Ishag, étaient à l'origine de la première plainte en 2013, qui a abouti à sa condamnation à mort pour apostasie le 15 mai. «Je pense que la cour rejettera» cette nouvelle affaire, a indiqué l'avocat.

La condamnation à mort, prononcée en vertu de la loi islamique en vigueur au Soudan qui interdit les conversions, a finalement été annulée en appel le 23 juin, après que l'affaire a provoqué un tollé international.

Née d'un père musulman et d'une mère chrétienne orthodoxe, qui l'a élevée dans sa confession après le départ du père quand elle avait cinq ans, Mme Ishag s'est convertie au catholicisme juste avant d'épouser son mari chrétien fin 2011, selon l'archevêché catholique de Khartoum.

Réfugiée à l'ambassade américaine

Mme Ishag, 26 ans, a trouvé refuge jeudi dernier à l'ambassade américaine, après une semaine rocambolesque.

Libérée le 23 juin après l'annulation de sa condamnation à mort, elle a été arrêtée le lendemain à l'aéroport alors qu'elle voulait se rendre aux Etats-Unis. Remise finalement en liberté jeudi, elle a néanmoins été inculpée pour usage de faux. Khartoum l'accuse d'avoir présenté un document étranger pour quitter le pays, ce qui est considéré comme «illégal».

Ses avocats ont demandé dimanche à la justice d'annuler ces charges, afin de lui permettre de quitter le Soudan. Son mari a la double nationalité américaine et sud-soudanaise.

Selon des activistes chrétiens, un homme affirmant être son frère a assuré que sa famille la tuerait si elle était acquittée des accusations d'apostasie.

(ats)