Soudan

25 juin 2014 13:10; Act: 25.06.2014 21:15 Print

La chrétienne toujours interrogée par la police

Une Soudanaise menacée par des extrémistes était toujours interrogée mercredi par la police selon son avocat, après avoir été retenue alors qu'elle tentait de quitter le pays.

Sur ce sujet
Une faute?

Une Soudanaise chrétienne menacée de mort malgré l'annulation de sa condamnation à mort pour apostasie a été inculpée d'usage de faux après avoir été empêchée de quitter le Soudan, a annoncé mercredi un avocat, Mohanad Mustafa.
«Elle est en état d'arrestation», a déclaré M. Mustafa à l'AFP.

Les autorités soudanaises accusent désormais Meriam Yahia Ibrahim Ishag d'avoir présenté un faux document et fourni de fausses informations lorsqu'elle a cherché à quitter le pays mardi avec son mari et son fils de 20 mois et sa petite fille née en détention.

Le cas de cette jeune femme de 26 ans avait soulevé le problème de la liberté de culte au Soudan, et sa condamnation à la peine de mort le 15 mai avait suscité l'indignation de gouvernements occidentaux et de groupes de défense des droits de l'Homme.

Une cour d'appel a décidé lundi sa libération de la prison pour femmes où elle était détenue avec ses enfants, mais elle avait dû se cacher à sa sortie après avoir reçu des menaces de mort.

Selon son mari Daniel Wani, qui a la double nationalité Américaine et Sud-Soudanaise, elle a été retenue par des agents de la sécurité nationale à l'aéroport de Khartoum, alors qu'elle était escortée par des diplomates de l'ambassade américaine.

«Nous sommes inquiets»

La famille voulait se rendre aux Etats-Unis. «Nous sommes inquiets. C'est pour cela que nous voulons partir d'ici aussi vite que possible», a insisté M. Wani, assurant que tous les documents étaient en règle.

Le ministre soudanais de l'Information, Ahmed Bilal Osmane, a expliqué à l'AFP que la jeune femme aurait dû utiliser un passeport soudanais, mais l'avocat a expliqué qu'elle n'en avait pas.

«C'est là tout le problème. Elle a pris un document étranger pour voyager. Ce qu'elle a fait est illégal», a insisté M. Osmane, tout en assurant que la situation pouvait être résolue.

«Je suis sure qu'elle va s'expliquer, obtenir le passeport et qu'elle pourra voyager. Pas de problème», a-t-il déclaré.

Kau Nak, chargé d'affaires à l'ambassade du Soudan du Sud à Khartoum, a insisté sur la validité du document de voyage incriminé, dont la jeune femme a pu bénéficier parce que son mari et ses enfants sont Sud-Soudanais.

«J'ai délivré moi-même ce document de voyage», a déclaré M. Kau Nak à l'AFP. «Ma signature figure au dos», a-t-il précisé, expliquant que ce type de documents était régulièrement délivré aux Sud-Soudanais rentrant au pays depuis la sécession de 2011.

Les Etats-Unis ont assuré mardi qu'ils tentaient de faire sortir la famille du Soudan.

Elevée par sa mère

Meriam Yahia Ibrahim Ishag est née d'un père musulman et d'une mère chrétienne orthodoxe, qui l'a élevée dans sa confession après le départ du père quand l'enfant avait 5 ans.

Selon l'archevêché catholique de Khartoum, elle s'est convertie à la confession catholique juste avant d'épouser M. Wani fin 2011. Et ce sont des hommes «qui disaient être» de sa famille paternelle qui ont engagé les poursuites pour apostasie.

«Le problème n'a rien à voir avec le gouvernement soudanais ou le tribunal, c'est un problème familial», s'est défendu le ministre de l'Information.

(afp)