Canada

31. Mai 2019 14:34; Akt: 31.05.2019 14:34 Print

La crise des opioïdes fait stagner l'espérance de vie

Pour la première fois depuis au moins quarante ans, l'espérance de vie a cessé de progresser au Canada.

storybild

Plus de 10'000 personnes sont mortes de surdoses au Canada depuis l'éclatement de la crise des opiacés au début 2016 (Bild: Keystone/AP/Patrick Semansky)

Zum Thema
Fehler gesehen?

Le recul marqué de l'espérance de vie entre 2016 et 2017 en Colombie-Britannique, province la plus touchée par la crise des opiacés qui frappe l'Amérique du Nord, a en grande partie compensé la progression observée dans d'autres provinces et ainsi fait stagner la moyenne nationale, a expliqué Statistique Canada dans un communiqué.

«La crise des surdoses de drogue qui sévit au Canada est un facteur qui a grandement contribué à la variation observée dans l'espérance de vie de 2016 à 2017, surtout chez les hommes», selon l'agence fédérale. «Les taux de décès attribuables à une surdose étaient 1,6 fois plus élevés chez les femmes et 2,1 fois plus élevés chez les hommes en 2017 qu'ils ne l'étaient en 2015», a précisé Statistique Canada, soulignant que 4108 décès en 2017 ont été liés à des overdoses.

84 ans pour les femmes

L'espérance de vie au Canada, qui s'établit à 84 ans pour les femmes et 79,9 ans pour les hommes, a progressé en moyenne de 0,2 an par année entre 1990 et 2012 puis de 0,1 an jusqu'en 2016.

Plus de 10'000 personnes sont mortes de surdoses au Canada depuis l'éclatement de la crise des opiacés au début 2016, selon les statistiques les plus récentes du gouvernement canadien. Face à la crise, Ottawa a débloqué près de 400 millions de dollars canadiens (300 millions de francs) pour venir en aide aux gouvernements provinciaux, qui ont épongé l'essentiel des dépenses en soins de santé.

Par le passé, les victimes de surdoses étaient surtout des consommateurs de drogue de longue date qui succombaient au puissant fentanyl, une drogue synthétique. Mais il s'agit de plus en plus souvent désormais de personnes souffrant de maux chroniques qui ont développé une dépendance pour les antidouleurs prescrits par leur médecin, avant de se tourner vers les drogues illicites.

(sda)

Kommentarfunktion geschlossen
Die Kommentarfunktion für diese Story wurde automatisch deaktiviert. Der Grund ist die hohe Zahl eingehender Meinungsbeiträge zu aktuellen Themen. Uns ist wichtig, diese möglichst schnell zu sichten und freizuschalten. Wir bitten um Verständnis.

Die beliebtesten Leser-Kommentare

  • Isaenya am 31.05.2019 15:02 via via Mobile Report Diesen Beitrag melden

    dépendance

    Je fais partie de ces patients devenu dépendant au opiacé. Je suis depuis quelques mois en sevrage car je voulais me sortir de ce cercle vicieux. Les médecins donnent ces médicaments comme des bonbons et avec mon expérience il n y a pas assez de surveillance de la part du médecin ou des pharmacies . une fois que l on es tombé dans cette dépendance il.faut avoir un sacré caractère pour s en sortir. Je pense que les maladies chronique devrait aussi être un peu plus reconnue et il existe des solutions autre que les opiacés afin d aider ces patients là tel que les médecines alternatives

    einklappen einklappen
  • Anita Monney am 31.05.2019 15:58 via via Mobile Report Diesen Beitrag melden

    psycho

    À la suite de plusieurs opérations entrainant des douleurs très importantes j'ai dû être mise sous opiacés. Aucun risque pour moi d'en devenir dépendante tant j'ai détesté les sensations liées aux effets secondaires. L'état psychologique de base d'une personne devrait être pris en compte avant une prescription. Quel est d'ailleurs le % de patients tombant dans la dépendance ?

    einklappen einklappen
  • un grand - papa am 31.05.2019 16:04 via via Mobile Report Diesen Beitrag melden

    Remede de mon grand - pere

    les remedes que je prends depuis l'age de la puberte , c'est ail et oignon , soir et matin , j' ai toujours touche du bois , jamais malade 74 ans.

    einklappen einklappen

Die neusten Leser-Kommentare

  • Érable am 31.05.2019 18:37 Report Diesen Beitrag melden

    Crime

    A qui profite le crime ?

  • Je crois . am 31.05.2019 18:05 via via Mobile Report Diesen Beitrag melden

    Trop de monde sur la terre ??

    Comme les souris , le corps humain sera et restera toujours un cobaye. La pharma commencerait elle a regler la population sur terre ?

    • Je doute am 31.05.2019 18:39 via via Mobile Report Diesen Beitrag melden

      @Je crois .

      Pensez-vous être de trop ?

    • Moi Pas am 01.06.2019 03:47 via via Mobile Report Diesen Beitrag melden

      @Je doute

      C'est déjà Trop !!

    einklappen einklappen
  • J'aisupportéladouleur am 31.05.2019 17:53 via via Mobile Report Diesen Beitrag melden

    Hmmm

    Après une opération ( accident ), le chirurgien m'a prescrit jusqu'à 6 anti -douleurs/jours pendants 3 semaines. Je suis jamais allé à la pharmacie les chercher.

  • ded3 am 31.05.2019 16:48 via via Mobile Report Diesen Beitrag melden

    on va vivre

    cachez cet article à nos gestionnaires de caisses de pension, eux qui veulent nous faire bosser jusqu'à 75 ans, vu que soit disant l'espérance de vie augmente à tout va... ah non ce n'est sûrement pas valable hors du Canada...

  • un grand - papa am 31.05.2019 16:04 via via Mobile Report Diesen Beitrag melden

    Remede de mon grand - pere

    les remedes que je prends depuis l'age de la puberte , c'est ail et oignon , soir et matin , j' ai toujours touche du bois , jamais malade 74 ans.

    • trotro am 31.05.2019 16:43 via via Mobile Report Diesen Beitrag melden

      @un grand - papa

      Et pour draguer en boîte, ça marchait bien ?

    • cqfd am 31.05.2019 17:07 via via Mobile Report Diesen Beitrag melden

      @un grand - papa

      ben vous avez aussi de la chance de n'avoir pas de maladie chroniques dans les gènes qui vous ont été transmis... ma soeur et moi avons développés les mêmes maladies que mon grand père. ma soeur c'est obstinée à refuser la médecine et à se soigner avec plantes et autres poudres perlimpinpin, elle est décédée précocement. je me soigne et je suis toujours là et plutôt en forme

    einklappen einklappen