Ex-femme de Dutroux

10 juin 2011 19:38; Act: 10.06.2011 19:42 Print

La décision sur la libération reportée

La justice belge a décidé de reporter à début septembre la décision sur la demande de remise en liberté de l'ex-compagne du pédophile Marc Dutroux.

storybild

Michelle Martin passera cet été derrière les barreaux. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

La justice belge a reporté au début de mois de septembre sa décision sur la nouvelle demande de libération anticipée introduite par l'ex-épouse du pédophile Marc Dutroux.
Elle avait vu son projet d'installation dans un couvent français battu en brèche.

Le Tribunal d'application des peines (TAP) de Mons devait consacrer une audience vendredi à l'examen du dossier de réinsertion de Michelle Martin, qui avait obtenu le 9 mai une libération anticipée conditionnelle. Elle a purgé près de la moitié de sa peine de 30 ans de prison.

Son plan initial prévoyait son installation dans un couvent en France. Mais la communauté religieuse qui avait dans un premier temps donné son accord a fait savoir cette semaine qu'elle renonçait à l'accueillir après le «tapage» causé en France et en Belgique par l'annonce de sa libération prochaine.

Ce projet avait de toute façon déjà peu de chances d'aboutir puisque le garde des Sceaux français, Michel Mercier, avait affirmé qu'il refuserait d'accueillir en France l'ancienne complice de Marc Dutroux.

Plan alternatif

Le TAP a constaté vendredi qu'il ne disposait pas de la réponse officielle de la justice française. Il a donc reporté son audience au 30 août, au cours de laquelle les avocats de Michelle Martin pourront présenter un plan alternatif. Sa décision est attendue la semaine suivante, selon l'agence Belga.

Michelle Martin, une ancienne institutrice de 51 ans, mère de trois enfants, a été reconnue coupable en 2004 d'avoir séquestré plusieurs des jeunes victimes du pédophile et d'avoir laissé mourir de faim Julie Lejeune et Melissa Russo, âgées de 8 ans.

(ats)