Drogue

03 juin 2011 07:01; Act: 03.06.2011 07:18 Print

La dépénalisation est une nécessité

Une kyrielle de personnalités, parmi lesquelles d'anciens présidents latino-américains, estiment dans un rapport publié jeudi que le combat mondial contre la drogue a «échoué».

Une faute?

Le seul recours est désormais la dépénalisation du cannabis. Au cours d'une conférence de presse à New York, plusieurs de ces personnalités, dont les anciens présidents brésilien Fernando Henrique Cardoso et colombien César Gaviria, ont présenté ce rapport, publié par la Commission mondiale sur la politique des drogues (Global Commission on Drug Policy), et qui fait déjà du bruit à travers le monde.

«La lutte mondiale contre les drogues a échoué, avec des conséquences dévastatrices pour les individus et les sociétés du monde entier», indique ce document.

«Cinquante ans après la signature de la Convention de l'ONU sur les drogues et quarante ans après que le président (américain Richard) Nixon a décrété la guerre contre la drogue, il est urgent de réformer les politiques nationales et mondiales de contrôle des drogues», ajoute le rapport.

L'ancien secrétaire général de l'ONU Kofi Annan et l'ancien président du Mexique Ernesto Zedillo font aussi partie de la Commission, tout comme les écrivains mexicain Carlos Fuentes et péruvien Mario Vargas Llosa.

Le rapport préconise de «mettre fin à la criminalisation, la marginalisation et la stigmatisation des personnes consommant des drogues qui ne causent aucun dommage aux autres», en donnant la priorité à une approche «plus humaine». Dans cette optique, les personnes dépendantes sont considérées comme des patients et non comme des criminels.

Les Pays-Bas en exemple

«Les initiatives de décriminalisation n'aboutissent pas à une augmentation significative de la consommation de drogues», rappelle le rapport, citant les exemples du Portugal ou des Pays-Bas.

Réagissant dès jeudi, le président colombien Juan Manuel Santos s'est dit ouvert à l'étude d'une «nouvelle orientation» de la lutte contre la drogue.

«Par avance, nous souhaitons la bienvenue à une nouvelle orientation et estimons avoir l'autorité morale, comme aucun autre pays, pour prendre part à cette discussion», a-t-il déclaré.

A Londres, une lettre signée notamment par Richard Branson, fondateur de la marque Virgin, l'actrice Judi Dench et le chanteur Sting a été adressée au Premier ministre britannique David Cameron, appelant plus généralement à la dépénalisation des drogues, sans préciser lesquelles, contrairement au rapport présenté à New York qui parle du cannabis.

La lettre, également signée par trois anciens chefs de la police, demande au Premier ministre de réexaminer l'efficacité des lois actuelles dans la lutte contre les abus et la dépendance.

(ats)