Rencontre Obama-Hollande

19 mai 2012 10:09; Act: 19.05.2012 11:01 Print

La diplomatie du «cheeseburger» au menu

Après des échanges sérieux sur les relations franco-américaines, Hollande et Obama ont plaisanté sur le cheeseburger, le nouveau président français ayant étudié les fast-foods américains.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

La légèreté était de rigueur vendredi à Washington lors du déjeuner entre le président américain et son homologue français. après des discussions sérieuses sur l'Otan, le G8 à venir... Barack Obama et François Hollande ont joué la carte de l'humour.

A l'Américain qui lui rappelait qu'il avait réalisé une étude en 1974 sur l'économie des fast-food et qu'il aimait rouler en scooter, le Français a remercié M. Obama de sa «sa grande connaissance de ma vie personnelle avant que je ne devienne un homme politique».

(source: youtube/images: BFM TV)

«Je veux ne rien dire qui puisse laisser penser que les cheeseburgers pourraient avoir quelque défaut que ce soit. Quant au véhicule qui était jusque-là récemment le mien, j'espère ne pas avoir à l'utiliser avant longtemps», a lancé François Hollande, après avoir rappelé récemment dans un entretien au «New York Times» qu'il avait effectué un stage aux Etats-Unis dans les années 70 sur le système de fast-food. «Cheeseburger goes very well with french fries» (le cheeseburger se marie très bien avec les frites françaises), a répondu le président Obama en riant. Très en verve, le président français, qui a rectifié la traductrice qui avait confondu Iran et Irak, a même conclu par une boutade, en anglais. «No declaration on French fries», a-t-il lancé à la presse.

Seul chef d’État en cravate au G8

Barack Obama a fait remarquer à son homologue François Hollande qu'il avait le droit d'enlever sa cravate, après que le nouveau président français eut été le seul dirigeant à porter cet accessoire vendredi en arrivant au sommet du G8 à Camp David.
M. Obama, pantalon de toile marron et veste sombre sur chemise ouverte, a accueilli en soirée tous les dirigeants du G8 et de l'Union européenne à l'entrée de la «Laurel Lodge», le principal corps de bâtiment du complexe de Camp David, la résidence de campagne des présidents américains.

Tous les hommes, du président de la Commission européenne José Manuel Barroso au Premier ministre japonais Yoshihiko Noda, s'étaient abstenus comme M. Obama de porter une cravate. La seule femme de la réunion, la chancelière allemande Angela Merkel, était vêtue d'une ample veste saumon et d'un pantalon clair.

M. Hollande, qui est arrivé en dernier, arborait quant à lui une cravate sombre, ce que n'a pas manqué de relever M. Obama. «François, on avait dit que tu pouvais enlever la cravate!», s'est écrié le président américain. M. Hollande a répondu en anglais: «pour ma presse!»

«Pour ta presse, il faut que tu présentes bien», a convenu M. Obama, alors qu'une haie de photographes immortalisait cette arrivée. MM. Obama et Hollande ont ensuite suivi les autres dirigeants dans le bâtiment, pour évoquer les dossiers brûlants sur la scène internationale autour d'un dîner de travail. La Maison Blanche a diffusé tard vendredi soir une photo officielle de ce dîner. M. Hollande, assis à la droite du président américain, n'y a plus de cravate.


L'arrivée des dirigeants au sommet du G8


(cga/ap/afp)