Affaire Benalla

24 juillet 2018 13:17; Act: 24.07.2018 16:36 Print

La droite va déposer une motion de censure

Les députés Les Républicains annoncent mardi qu'ils vont déposer une motion de censure à l'encontre du gouvernement dans le cadre de l'affaire Benalla.

Voir le diaporama en grand »
L'ancien chargé de mission de l'Élysée, Alexandre Benalla, a obtenu un passeport de service qu'il avait sollicité par «une note dactylographiée à en-tête du chef de cabinet» de l'Elysée non signée, a affirmé devant le Sénat le directeur de cabinet de la présidence de la République, Patrick Strzoda (photo). 16 janvier 2019 Alexandre Benalla a rendu ses passeports diplomatiques ce mercredi 9 janvier 2019. L'Elysée a sommé Alexandre Benalla de s'expliquer sur «d'éventuelles missions personnelles et privées» qu'il aurait menées pendant ses fonctions à l'Elysée. (27 décembre 2018) Le président français, Emmanuel Macron, voit se profiler un sujet embarrassant avec le voyage au Tchad d'un de ses anciens collaborateurs: Alexandre Benalla. L'homme refait parler de lui après avoir été à l'origine d'une retentissante affaire au début de l'été. (Mercredi 26 décembre 2018) C'est cette fois pour des violences commises en marge du défilé du 1er mai à Paris, au Jardin des Plantes, quelques heures avant l'épisode de la Contrescarpe, que l'ancien collaborateur de l'Elysée est mis en examen depuis le 29 novembre, a appris dimanche l'AFP de source proche du dossier. (Dimanche 16 décembre 2018) Le couple molesté par Benalla sera jugé pour violences volontaires sur personnes dépositaires de l'autorité publique. (Mardi 2 octobre 2018) Alexandre Benalla a déclaré à la commission des lois du Sénat avoir «l'impression» d'être «instrumentalisé à des fins politiques». (Mercredi 19 septembre 2018) Alexandre Benalla jure de dire «toute la vérité et rien que la vérité». Avec plusieurs minutes de retard, Alexandre Benalla arrive à la salle Clémenceau, où les sénateurs l'attendent pour l'auditionner. La presse aussi. (Mercredi 19 septembre 2018) Alexandre Benalla est auditionné au Sénat. Ses fonctions à l'Elysée sont au coeur des auditions de la commission d'enquête sénatoriale qui tente de comprendre son rôle dans la sécurité d'Emmanuel Macron. (Mercredi 19 septembre 2018) Menacé de sanctions, l'ex-chargé de mission de l'Elysée va finalement répondre aux questions des sénateurs français. (Mardi 11 septembre 2018) A gauche, une vidéo qui montre Alexandre Benalla en pleine action contre un manifestant et à droite l'ex-collaborateur s'expliquait sur le plateau de TF1. L'ancien collaborateur de Macron souhaite être entendu par le Sénat. (30 juillet 2018) Perquisition du bureau de Benalla à l'Elysée. Ici on peut observer sur la photo Emmanuel Macron avec son ex-collaborateur. (25 juillet 2018) «Ça n'est pas la République des fusibles, la République de la haine. On ne peut pas être chef par beau temps. S'ils veulent un responsable, il est devant vous. Qu'ils viennent le chercher. Je réponds au peuple français», a déclaré le chef de l'Etat français devant les députés de la majorité, ce 24 juillet 2018. Edouard Philippe à l'Assemblée nationale: «Une dérive individuelle de la part de ce chargé de mission ne fait pas une affaire d'Etat.» (Mardi 23 juillet 2018) Le patron des députés Les Républicains Christian Jacob a annoncé mardi que son groupe allait déposer une motion de censure. (Mardi 24 juillet 2018) Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, a estimé que c'était aux services d'Emmanuel Macron, et non à lui, de tirer les conséquences de la vidéo polémique. (23 juillet 2018) Audrey Gadot, l'avocate d'Alexandre Benalla, arrive au Palais de Justice. (22 juillet 2018) Alexandre Benalla, habillé en policier, frappe un manifestant durant les manifestations du 1er mai à Paris. (1er mai 2018) Alexandre Benalla (à droite) moleste une femme en marge des manifestations du 1er mai. (1er mai 2018) Alexandre Benalla au milieu de manifestants. (1er mai 2018) Alexandre Benalla (à droite) frappe un manifestant lors des manifestations du 1er Mai. (1er mai 2018) Alexandre Benalla et Emmanuel Macron arrivent à l'école de primaire de Berd'huis, où le président est attendu pour une interview télévisée. (12 avril 2018) Alexandre Benalla et Emmanuel Macron devant l'usine Whirlpool, avant l'élection présidentielle. (26 avril 2017) Alexandre Benalla assure la sécurité du candidat d'En Marche! lors de la campagne présidentielle. (13 décembre 2016) Alexandre Benalla et Emmanuel Macron se baladent à vélo lors des vacances présidentielles. (17 juin 2017)

Sur ce sujet
Une faute?

Le patron des députés Les Républicains (opposition de droite) Christian Jacob a annoncé mardi que son groupe allait déposer une motion de censure contre le gouvernement français à la suite de l'affaire Benalla.

«Nous déposons une motion de censure, nous souhaitons que le gouvernement s'explique» sur le cas d'Alexandre Benalla, ex-membre du cabinet de la présidence filmé en train de malmener des manifestants. Or «le Premier ministre a répondu à notre demande (...) par une fin de non recevoir», a affirmé M. Jacob lors d'un point de presse.

«Le gouvernement a failli»

«Le gouvernement a failli en ne donnant pas droit aux demandes réitérées de s'exprimer sur cette affaire et il ne peut pas y avoir de fonctionnaires qui n'agissent pas sous l'autorité du gouvernement», a insisté M. Jacob.

Pour pouvoir être déposée, une motion de censure doit réunir 58 signatures parmi les 577 députés. Le groupe LR compte à lui seul 103 membres. Le chef du groupe LR a en outre précisé que la motion de son groupe pourrait être signée par «qui veut».

M. Jacob a reconnu dès à présent que la motion n'allait «pas faire tomber le gouvernement», au vu de la très large majorité dont disposent le parti présidentiel LREM et son allié MoDem. Le dépôt officiel de la motion devrait intervenir dans les prochains jours, a précisé une source proche du groupe.

Sang-froid et solidarité

Le chef de l'Etat ne s'est pas exprimé publiquement sur les faits concernant son ex-collaborateur. «Quand ça secoue, il faut du sang-froid et de la solidarité», a dit pour sa part le Premier ministre Edouard Philippe, en remerciant les députés de la majorité «de faire bloc» depuis plusieurs jours, selon des propos rapportés par son entourage. «Ce que veulent les oppositions, ce n'est pas l'émergence de la vérité. Elles veulent nuire, nuire au président de la République, nuire au gouvernement, nuire à la majorité», a-t-il ajouté, dénonçant «l'obstruction» et «l'instrumentalisation politique».

Le chef du gouvernement s'est montré confiant dans le fait que les enquêtes en cours puissent faire la lumière sur cette affaire, en soulignant que «nul n?est au-dessus des lois». Il a dénoncé le comportement d'Alexandre Benalla, ajoute son entourage.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • marc le 24.07.2018 13:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    that's the question

    Quels sont les liens qui unisent Macron et Benalla that's the question tout vient de là

  • S ref le 24.07.2018 13:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Démocratie ?

    P-A-T-H-E-T-I-Q-U-E !!!

  • Marc le 24.07.2018 13:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cancer néolibéral

    On rappelle que le gouvernement est de la même droite néolibérale que ceux qui déposent cette motion

Les derniers commentaires

  • Larmailli le 24.07.2018 16:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cocorico

    Chassez le naturel, il revient au galop! On aurait pu penser que l'élection de Macron était le résultat d'une certaine prise de conscience du peuple français. Un gouvernement plus jeune, avec moins de dinosaures de la politique pseudo-politico-politicienne. Eh bien non: D'abord la coupe du monde de foot provoque des célébrations hystérico-nationalistes, dignes des mobilisations de masse de 1936 à 1945 en Allemagne, puis la gauche ET la droite toutes deux vaincues s'unissent pour créer des polémiques de frustrés. Cocorico le coq français chante de plus belle, les 2 pieds dans la m....

    • Isabelle le 24.07.2018 19:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Larmailli

      Que vous devez être malheureux pour ecrire de tels commentaires bêtes et mechants.

  • Simone Weibel le 24.07.2018 16:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et Paf! prends ça, tiens!

    Finalement la fine équipe du petit, mais alors tout petit, roitelet bégayeur va en prendre une. C'est le moment. Le petit roi et sa cour...

  • Victor le 24.07.2018 16:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il y a mieux à faire pour les politiques

    Tout ce que les politiques savent faire, cest se critiquer lun lautre, détruire celui qui gouverne pour prendre sa place. Il me semble que la France a des problèmes plus importants à résoudre et sa classe politique ferait bien de soccuper du bien être du peuple, plutôt que de se livrer à ces stupides guerres de tranché.

    • P Bam le 25.07.2018 11:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @ Victor

      Les partis politique au pouvoir ces 12 dernières années ont été perçus négativement d'abord la droite puis la gauche maintenant le centre que faut il pour faire plaisir à ce Bon Peuple ? Les extrêmes... Soyons fous... une DICTATURE .

  • Jacko le 24.07.2018 16:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ridicule

    Qu'ils fassent de vrais propositions pour le pays au lieu de faire les charognards pour essayer de ramasser des miettes. Cette opposition fait vraiment honte. Qui va encore voter pour eux...

  • Ice le 24.07.2018 15:49 Report dénoncer ce commentaire

    Juste

    À quand la nouvelle guerre des polices ???