États-Unis

16 octobre 2019 03:00; Act: 16.10.2019 07:48 Print

La femme noire abattue était-elle armée?

La victime de 28 ans, tuée lors d'une banale opération de contrôle, avait un permis pour cette arme achetée légalement.

Sur ce sujet
Une faute?

La jeune femme noire tuée à son domicile au Texas par un policier blanc lors d'une banale opération de contrôle, aurait pointé une arme vers l'agent en craignant une intrusion, selon des documents d'enquête. L'affaire a relancé le débat sur les violences policières envers la minorité noire.

La femme de 28 ans avait été blessée mortellement dans la nuit de vendredi à samedi par un agent appelé à son domicile à Fort Worth, près de Dallas. Un voisin s'était inquiété que la porte d'entrée était ouverte et le policier à l'extérieur a tiré à travers la vitre d'une fenêtre du domicile. Le policier a été inculpé lundi de meurtre après avoir démissionné de la police. Il a été libéré sous caution mardi.

Témoignage du neveu

Selon l'acte de poursuites pénales, citant le neveu de la femme, âgé de 8 ans, la victime jouait à un jeu vidéo avec le garçon quand elle a entendu un bruit suspect dans son jardin. Elle aurait alors sorti une arme de poing de son sac à main et l'aurait pointée vers la fenêtre avant d'être touchée.

Le document diffusé mardi indique que le policier ne s'est pas identifié comme tel lors du contrôle, mais ne dit pas s'il a vu une arme. Le chef de la police locale a estimé qu'il semblait «normal qu'elle ait une arme, si elle se sentait menacée ou qu'il y ait quelqu'un dans son jardin».

Pas de passe-droit

L'avocat de la famille de la victime a précisé que l'arme avait été achetée légalement et que la victime avait un permis. Il a cependant accusé la police locale de bâtir une stratégie de défense pour l'officier inculpé en suggérant qu'elle aurait pointé son arme vers la fenêtre.

Le chef de la police a assuré qu'il n'y aurait pas de passe-droit. «Il n'y a absolument aucune excuse pour cet acte et la personne responsable devra rendre des comptes», a-t-il dit. Cette affaire intervient deux semaines après la condamnation à dix ans de prison d'une policière blanche de Dallas qui avait tué un voisin noir en affirmant s'être trompée d'appartement.

(nxp/ats)