France

13 décembre 2019 20:14; Act: 14.12.2019 00:45 Print

La grève des transports pourrait durer jusqu'à Noël

Emmanuel Macron s'est exprimé sur la réforme des retraites, évoquant un projet «historique pour le pays».

Voir le diaporama en grand »
De nouvelles manifestations sont prévues jeudi en France contre la réforme des retraites controversée du gouvernement Macron.(16 janvier 2020) Le gouvernement a transmis aux partenaires sociaux deux projets de loi contenant sa réforme des retraites, avec un âge pivot à la clé. (Vendredi 10 janvier 2020) Nouveau round de concertations pour le projet de réforme des retraites contesté depuis plus d'un mois. L'Assemblée nationale examinera le projet à partir du 17 février et durant deux semaines, en procédure accélérée. (7 janvier 2019) Plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi à Paris pour demander le retrait de la réforme des retraites, à l'appel des syndicats. (Samedi 4 janvier 2019) Dans un entretien à paraître dimanche, le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez a accusé le gouvernement d'organiser «le bordel» pour «pourrir» le conflit. (Photo d'archives) Les manifestants contre la réforme des retraites se sont rassemblés jeudi devant la Gare de L'Est à Paris. (26 décembre 2019) La mobilisation contre la réforme des retraites continue au 22e jour des manifestations. (26 décembre 2019) La circulation des trains restait «très perturbée» ce 26 décembre. Une nouvelle manif avait lieu près de la Gare de l'Est à Paris. Les transports devraient être encore être très perturbés jeudi en France, après un Noël au ralenti. (25 décembre 2019) La grève ne connaît pas de trêve pour Noël: plusieurs actions contre la réforme des retraites contre prévues ce mardi. (24 décembre 2019) Les grévistes mobilisés contre la réforme controversée des retraites veulent «maintenir la flamme» pendant les fêtes. (Lundi 23 décembre 2019) La réunion jeudi entre le gouvernement et les partenaires sociaux n'a pas permis de parvenir à un compromis sur la réforme des retraites. Le premier ministre Édouard Philippe a toutefois souligné des «avancées». (Jeudi 19 décembre 2019) Le président français Emmanuel Macron et son premier ministre Édouard Philippe «se sont accordés jeudi sur les orientations prises» concernant le conflit des retraites, a indiqué l'Élysée. (Jeudi 19 décembre 2019) Le gouvernement français, qui croit encore à une trêve de la grève dans les transports, accueille les syndicats jeudi. (19 décembre 2019) Les syndicats à l'origine de la mobilisation contre la réforme des retraites ont décidé mardi la poursuite du mouvement par des «actions locales le 19 et jusque fin décembre». (17 décembre 2019) La mobilisation contre la réforme des retraites en France pourrait atteindre un sommet mardi dans la rue à l'appel, pour la première fois, de tous les syndicats. (17 décembre 2019) Blocage d'entrepôts, opérations escargot, barrages filtrants: une grève d'une journée des routiers, à l'appel de quatre syndicats de leur branche pour réclamer de meilleures conditions de travail et de salaires, complique encore la situation. (16 décembre 2019) Les transports parisiens restaient bloqués lundi matin, avec huit lignes de métro fermées et un trafic très perturbé des trains de banlieue. Sur les routes en région parisienne, plus de 620 kilomètres de bouchons étaient enregistrés (16 décembre 2019) L'artisan de la réforme des retraites en France a reconnu samedi avoir exercé 13 mandats d'administrateur dans diverses fondations et organismes en plus de ses fonctions gouvernementales. (14 décembre 2019) La grève dans les transports en commun perdurait vendredi en France. La mobilisation pourrait se prolonger jusqu'à Noël malgré l'invitation au dialogue du gouvernement. (Vendredi 13 décembre 2019) La mobilisation en France contre la réforme contestée des retraites, qui paralyse les grandes villes du pays, entre jeudi dans sa deuxième semaine et pourrait s'amplifier. (12 décembre 2019) Edouard Philippe a détaillé «l'architecture» de la réforme des retraites. Une présentation vivement critiquée par l'ensemble des syndicats. (Mercredi 11 décembre 2019) La compagnie aérienne britannique à bas coûts est contrainte de biffer seize liaisons entre l'Hexagone et la Suisse, à cause de la grève en France. (10 décembre 2019) Dix lignes de métro sur seize seront closes mardi à Paris, et seuls 20% des TGV et trains de banlieue circuleront. (10 décembre 2019) C'est le chaos total sur les routes parisiennes. Les usagers jouaient des coudes pour tenter de monter dans les rares transports en service. (Lundi 9 décembre 2019) Les Français devraient connaître un lundi noir dans les transports alors que l'intégralité du projet de réforme des retraites doit être présenté mercredi. (9 décembre 2019) Vehicles run on the Paris' ring road, the 'Peripherique', on December 9, 2019 in Porte de Vincennes in Paris, during a strike of Paris public transports over French government's plan to overhaul the country's retirement system, as part of a national strike. (Photo by JACQUES DEMARTHON / AFP) Edouard Philippe a assuré au «JDD» qu'un gouvernement qui renoncerait à réformer les retraites aujourd'hui exposerait la France à une réforme «très brutale» plus tard. (Dimanche 8 novembre 2019) Une nouvelle épreuve de force contre la réforme des retraites est attendue ce week-end en France où les transports devraient encore être perturbés. (7 décembre 2019) Le premier ministre français Edouard Philippe a réexpliqué aux salariés bénéficiant de régimes dits «spéciaux», en particulier ceux des transports publics, sa volonté d'harmoniser «progressivement» les retraites. (vendredi 6 décembre 2019) Les syndicats français opposés à la réforme des retraites ont vendredi appelé à une nouvelle journée d'actions interprofessionnelle mardi. (6 décembre 2019) La police anti-émeute intervient contre les manifestants à Paris. (5 décembre 2019) Des manifestants jouent les prolongations à Paris. (5 décembre 2019) Affrontement entre police et manifestants en fin de soirée à Paris. (5 décembre 2019) Les pompiers aussi ont défilé à Paris. (5 décembre 2019) Affrontement entre police et manifestants en fin de soirée à Paris. (5 décembre 2019) Plusieurs centaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue jeudi, en France, pour protester contre la réforme des retraites. (Jeudi 5 décembre 2019) Des secteurs entiers d'activité ont tourné au ralenti dans le cadre d'une mobilisation massive contre la réforme des retraites, promesse-phare du quinquennat d'Emmanuel Macron. (Jeudi 5 décembre 2019) Dans une atmosphère tendue, des militants radicaux des «Black blocks» ont avancé sur le boulevard Magenta derrière une banderole «Marx ou crève» avant d'être repoussés vers la place de la République par l'arrivée de brigades de la police nationale. (Paris, 5 décembre 2019) (Jeudi 5 décembre 2019) En fin d'après-midi, on comptait plus de 510'000 manifestants dans environ 70 villes, selon un décompte de l'AFP à partir de sources policières et préfectorales, qui ne prenait pas encore en compte l'importante manifestation parisienne. (Jeudi 5 décembre 2019) (Jeudi 5 décembre 2019) On comptait au moins 33'000 personnes à Toulouse, 25'000 à Marseille, 20'000 à Lyon. (Jeudi 5 décembre 2019) (Jeudi 5 décembre 2019) Manifestation à Nantes. (Jeudi 5 décembre 2019) La manifestation dégénère à Nantes. (Jeudi 5 décembre 2019) De premiers incidents ont éclaté jeudi peu avant 16 heures à Paris en tête de la manifestation contre la réforme des retraites qui rassemblait des milliers de personnes dans la capitale. (Jeudi 5 décembre 2019) Des dizaines de milliers de personnes étaient dans la rue partout en France. (Jeudi 5 décembre 2019) Des dizaines de milliers de personnes étaient dans la rue jeudi partout en France. (Jeudi 5 décembre 2019) Des manifestants à Rennes. (Jeudi 5 décembre 2019) Selon certains syndicalistes, une telle mobilisation n'a jamais été vue depuis 2010. Ici, Marseille. (Jeudi 5 décembre 2019) Les transports parisiens ont annoncé que la grève était reconduite jusqu'à lundi (Jeudi 5 décembre 2019). On dénombre quelque 180'000 manifestants dans une trentaine de villes. (Jeudi 5 décembre 2019) (Jeudi 5 décembre 2019) Des grévistes près de la place d'Italie, à Paris. (Jeudi 5 décembre 2019) La tour Eiffel fermée pour cause de grève. (Jeudi 5 décembre) La tour Eiffel fermée pour cause de grève. (Jeudi 5 décembre 2019) Une station de métro fermée, à Paris. (Jeudi 5 décembre 2019) Bords de Seine désertés, à Paris. (Jeudi 5 décembre 2019) RATP en grève. (Jeudi 5 décembre 2019) Gare St-Charles, Marseille. (Jeudi 5 décembre 2019) Gare St-Charles, Marseille. (Jeudi 5 décembre 2019) Gare St-Charles à Marseille désertique. (Jeudi 5 décembre 2019) Gare Saint Lazare, à Paris. Les touristes annulent leurs plans de voyage et Paris déploie des milliers de policiers. (Jeudi 5 décembre 2019) Le tableau à l'aéroport d'Orly photographié par une voyageuse. (Jeudi 5 décembre 2019)

Sur ce sujet
Une faute?

La grève dans les transports en commun perdurait vendredi en France. Le gouvernement est déterminé à poursuivre sa réforme des retraites, «historique» selon Emmanuel Macron, tout en tentant de ménager les syndicats conviés à des discussions la semaine prochaine.

La mobilisation pourrait se prolonger jusqu'à Noël malgré l'invitation au dialogue du gouvernement, qui a dévoilé mercredi le contenu de son projet, suscitant la colère de l'ensemble des syndicats, y compris de ceux qui soutenaient jusqu'alors le principe de la réforme.

«C'est une réforme de refondation avant toute chose», a déclaré vendredi le président français, évoquant un projet «historique pour le pays», en réponse à des questions insistantes de la presse à Bruxelles. Emmanuel Macron est resté très discret depuis le début du mouvement le 5 décembre, laissant son Premier ministre Edouard Philippe en première ligne.

S'il veut relancer la concertation pour tenter de sortir du blocage et a déjà assoupli les projets initiaux de réforme, Édouard Philippe n'en reste pas moins déterminé à instaurer un «système universel de retraite» par points pour remplacer les 42 régimes actuels.

«Ligne rouge franchie»

Mais, a-t-il averti, «la seule solution est de travailler un peu plus longtemps (...), comme c'est le cas partout en Europe». Si l'âge légal de départ à la retraite reste fixé à 62 ans, le projet prévoit «un âge d'équilibre» progressivement amené à 64 ans et «un système de bonus-malus» pour inciter à travailler plus longtemps.

Inacceptable pour les syndicats qui ont promis d'amplifier le mouvement. La «ligne rouge est franchie», pour Laurent Berger, numéro un du premier syndicat de France, la CFDT. Favorable au principe d'un régime universel de retraite, la CFDT refuse absolument l'instauration d'un âge d'équilibre à 64 ans.

«Je suis prêt à discuter, évidemment qu'on va discuter», a toutefois déclaré Laurent Berger, qui n'en a pas moins appelé à manifester mardi aux côtés des organisations qui réclament le retrait du projet.

Après avoir échangé par téléphone avec les partenaires sociaux jeudi, Edouard Philippe «a confirmé sa proposition de dialogue pour continuer à améliorer le projet porté par le gouvernement», ont expliqué ses services. Des discussions doivent se tenir «le plus tôt possible la semaine prochaine».

Pas de trêve de Noël

Vendredi, les syndicats des enseignants, également très mobilisés par crainte de perdre une grosse partie de leur pension, ont en outre été reçus par le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer.

«Des enjeux précis» ont été «posés sur la table» mais «il nous manque encore des précisions et nous maintenons notre appel à la mobilisation mardi», a expliqué à l'AFP Stéphane Crochet, de SE-Unsa, à la sortie du ministère.

De son côté, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a confirmé que les policiers pourraient partir plus tôt à la retraite grâce à la prise en compte de «la dangerosité» de leur métier.

Toujours des perturbations

Pendant ce temps, les difficultés continuent pour les usagers de la région parisienne, avec toujours neuf lignes du métro fermées. Un quart des trains à grande vitesse et de banlieue circulent. Trois liaisons seront ainsi supprimées samedi entre la Suisse et la France. Le Premier ministre français, Edouard Philippe, a demandé vendredi soir à la SNCF de préparer un «plan de transport». Ce dernier doit préciser quels trains seraient maintenus au moment des fêtes de fin d'année.

Edouard Philippe «a demandé au PDG de la SNCF (Jean-Pierre Farandou) de présenter d'ici mardi un plan de transport qui permette à chacun de savoir précisément et avec certitude quels trains seront maintenus à la circulation durant le week-end de départ en vacances de Noël», a annoncé Matignon à l'issue d'une réunion dans la soirée entre le chef du gouvernement, Jean-Pierre Farandou, et la patronne de la RATP Catherine Guillouard.

Jean-Pierre Farandou avait appelé un peu plus tôt les cheminots en grève contre la réforme des retraites à «faire une pause» pendant les fêtes, des responsables syndicaux renvoyant aussitôt la balle dans le camp du gouvernement.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Francois le 13.12.2019 20:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pauvre France

    Ils veulent bosser 35 heures par semaine, être à la retraite à 60 ans et continuer à avoir 42 régimes de retraites différents ! Ingouvernable ce pays

  • Prosper Ité le 13.12.2019 20:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ingouvernables

    Égoïstement ce pays s'enlise dans des grèves à répétition. Tellement habitués à des avantages acquis mais jamais contents, syndicats qui les poussent dans la rue sans penser à l'économie du pays en chute libre, prenant en otage ceux qui travaillent, ils en deviennent pathétiques.

  • marcValais le 13.12.2019 20:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Test

    Et alors ? Laissons l'économie de la france se casser la figure. Cela sera un excellent exemple à ne pas suivre.

Les derniers commentaires

  • Edouard BELLACROME le 15.12.2019 10:50 Report dénoncer ce commentaire

    Stop

    Peuple de France, ne te laisse plus influencer par des gens qui veulent détruire ton pays ! Les touristes, les entreprises étrangères, les affaires ne vont plus s'implanter en France, un pays continuellement en grève ! Alors, bonjour le chômage !

  • Moi je dis le 15.12.2019 10:08 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo Macron

    Macron dérange son peuple, parce que c'est le 1er Président qui a eu les ouilles de secouer le cocotier. En travaillant à 35 heures par semaine avec une retraite à 55 ans il est logique que le pays développe les aides sociales. C'est contre productif. On doit économiser pour sa retraite, y a pas photo, c'est mathématique. Moi je dis bravo Macron d'avoir oser enfin changer la réalité de ce pays qui se voile la face

    • Prends ça dans les dents Dosto&Cie... le 15.12.2019 13:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Moi je dis

      Merci. Tout est dit.

  • Gilles et John Oronpoin le 15.12.2019 08:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    injustices d'incorrigibles incorrigibles

    les régimes spéciaux sont injustes. alors Manu remet plus de justice, mais Chao, Manu, les profiteurs d'injustices actuelles protestent, boudent et les victimes d'injustices eux, la ferment: t'a vu un seul paysan qui vieux gagnera plus, faire la grève? Que 1000/mois, 85% du SMIG à la retraite promis, c'est bien plus qu'il gagne aujourd'hui en bossant très dur et il jubile en silence. Donc tout les grèvistes sont des égoïstes fainéant. Il faut replacer les piquets de grève Sud railles et C'est jetté par des bus Macron et des rames Stalder à hydrogène 100% automatiques, sans chauffeurs ni contrôleurs donc totalement ingrèvables, et les prof.10%: 18hr de cours/semaine sur 168heures par des bonnes vidéos, comme les coachs des fitness low cost....les survivants comprendront qu'il faut bosser pour survivre.

  • Clinton le 14.12.2019 17:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    À vous la réplique

    Les français accepte le changement mais surtout pas chez eux ils ont vraiment rien compris aux systèmes que trop de social tue le social et qui fait tourné un pays ?? Sûrement pas le social c'est les patrons qui doivent évidemment gagner de l argent car selon un proverbe chinois ( quand le gros maigri le petit crève) méditée frouz méditer ci vous en êtes capable mais là je doute

  • poli le 14.12.2019 13:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    chuttt

    378 commentaires sur un truc qui nous regarde pas pendant que je suis bloqué à Lausanne par la manifestation et là pas un mot ! Pathétique !