Guinée-Bissau

02 mai 2012 08:34; Act: 02.05.2012 08:40 Print

La junte accepte presque «toutes les exigences»

La junte bissau-guinéenne a affirmé mardi qu'elle acceptait «toutes les exigences» de l'Afrique de l'Ouest sur le retour du pouvoir aux civils, à l'exception du rétablissement dans ses fonctions de Raimundo Pereira.

storybild

L'ex-président par intérim Raimundo Pereira est persona non grata au gouvernement. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

«Nous nous sommes entendus sur tous les points avec la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest), sauf un: la question du retour de Raimundo Pereira», a déclaré lors d'un point de presse le porte-parole de la junte.

La CEDEAO avait accusé lundi le chef des putschistes, le général Antonio Indjai, d'avoir «refusé» les décisions ouest-africaines concernant la transition et l'envoi d'une force régionale, et annoncé des sanctions immédiates.

«Si Raimundo Pereira revenait, il serait le chef suprême des armées. Quelles troupes irait-il commander sachant que ce sont ces mêmes troupes qui l'ont arrêté le 12 avril?», s'est interrogé le porte-parole des militaires, le lieutenant-colonel Daba Na Walna.

Le président intérimaire a été arrêté le jour du coup d'Etat par l'armée, en compagnie de l'ex-premier ministre Carlos Gomes Junior. les deux hommes ont été libérés le 27 avril et évacués sur Abidjan. «Nous avons demandé à la CEDEAO de nous accorder un peu plus de temps. Nous pensons que son cas mérite une discussion interne», a dit le porte-parole.

(ats)