Thaïlande

02 décembre 2008 06:38; Act: 02.12.2008 08:42 Print

La justice dissout le parti au pouvoir

La Thaïlande s'enfonce un peu plus dans la crise après la décision mardi de la Cour constitutionnelle de dissoudre pour fraude électorale les trois principaux partis de la coalition au pouvoir.

Sur ce sujet
Une faute?

Par ailleurs, la plus haute instance juridique du pays a décidé d'interdire de toute fonction politique le Premier ministre Somchai Wongsawat ainsi que 36 autres dirigeants de son parti.

Mardi, le président de la Cour constitutionnelle Chat Chalavorn a précisé que «la cour a décidé de dissoudre ces trois partis pour faire un exemple et établir des normes politiques». En conséquence, la Cour a ordonné la dissolution du Parti du pouvoir du peuple (PPP) de Somchai Wongsawat ainsi que les partis Machima Thipatai et Chart Thai.

Ces trois partis ont été reconnus coupables de fraude lors des élections de décembre 2007 qui a permis à la coalition d'accéder au pouvoir.

Confrontée à une vive opposition depuis des mois, la coalition de six partis dirigée par Somchai Wongsawat se voit plombée définitivement par ces deux décisions.

Le porte-parole du gouvernement Nattawut Sai-kau a déclaré à l'Associated Press que le Premier ministre Somchai Wongsawat et sa coalition allaient se retirer. «Nous obéirons à la loi. Les partis de la coalition vont se rencontrer bientôt pour envisager la suite à donner», a-t-il dit.

Ces deux décisions très attendues devraient permettre aux milliers de manifestants opposés au gouvernement de mettre notamment fin au siège des deux aéroports de Bangkok, l'aéroport international Suvarnabhumi et intérieur Don-Muang. L'annulation des vols internationaux dans la capitale thaïlandaise a conduit des milliers d'étrangers à mettre une croix sur leurs vacances, en pleine saison touristique. Plus de 300.000 voyageurs sont actuellement bloqués en Thaïlande, 35.000 à 45.000 personnes venant chaque jour gonfler ce nombre compte tenu de la fermeture de ces aéroports.

Le roi de Thaïlande, Bhumibol Asulyadej, qui est déjà intervenu par le passé pour résoudre plusieurs crises politiques, doit prononcer un discours jeudi, à la veille de son 81e anniversaire.

(ap)