Colombie

24 décembre 2011 09:15; Act: 24.12.2011 09:29 Print

La justice récupère trois tonnes d'armes

Une organisation criminelle colombienne a décidé de remettre trois tonnes d'armes à la justice du pays, en guise de reddition collective.

Une faute?

L'organisation criminelle colombienne de l'Erpac (Armée populaire antisubversive de Colombie) a remis à la justice trois tonnes d'armes dont des mitrailleuses, dans le cadre d'un processus de reddition collective qui a commencé jeudi, a annoncé vendredi le parquet.

«C'est un arsenal, qui pèse trois tonnes et comprend des fusils, des pistolets, des mortiers», a déclaré à l'AFP un représentant du parquet avant de préciser que la justice a notamment récupéré 123 fusils, cinq grenades de mortier, 404 grenades, deux mitrailleuses de type M-60 et un lance-grenades.

La Colombie compte une petite dizaine de bandes criminelles en partie composées d'ex paramilitaires se consacrant notamment au trafic de drogue depuis la démobilisation, entre 2003 et 2006, des Autodéfenses unies de Colombie (AUC, extrême droite).

Principal danger pour l'ordre public

L'Erpac, déployée principalement dans le sud et le sud-est du pays, se trouve sur cette liste.

Les AUC sont aujourd'hui accusées d'avoir tué des dizaines de milliers de civils au nom de la lutte contre la guérilla et les bandes composées d'anciens combattants de ces milices sont considérées par la police comme le principal danger pour l'ordre public en Colombie.

La reddition de plusieurs centaines de membres de l'Erpac avait été annoncée en novembre par l'un de ses chefs, Eberto Lopez, alias «Caracho», dans une lettre envoyée à la justice. Celle-ci serait liée, selon certains experts, à une perte d'influence dans des régions où elle est active, au profit d'une autre bande de narcotraficants.

Dès jeudi 118 de ses membres ont commencé à se rendre, avant d'être présentés, dans la ville de Villavicencio (100 km au sud de Bogota), à des magistrats chargés de déterminer les poursuites dont ils doivent faire l'objet.

Au total quelque 400 de ces combattants au service du trafic de drogue devraient en principe déposer les armes, selon le parquet colombien.

Vendredi, les deux principaux chefs de la bande, Eberto López, alias «Caracho», et German Ramirez (alias «Vacafiada»), se sont également rendus, a annoncé le parquet.

(afp)