Suède

13 mai 2019 11:37; Act: 13.05.2019 15:32 Print

La justice relance les poursuites contre Assange

L'enquête pour viol, dont est accusé le fondateur de WikiLeaks, est rouverte par la justice suédoise.

Voir le diaporama en grand »
Julian Assange devait comparaître ce jeudi au tribunal de Westminster pour une demande d'extradition réclamée par les Etats-Unis. L'audience a été reportée car le fondateur de de WikiLeaks est souffrant. (30 mai 2019) Le ministère américain de la Justice a annoncé jeudi dix-sept nouveaux chefs d'inculpation à l'encontre du fondateur de Wikileaks Julian Assange. (Jeudi 23 mai 2019) Le parquet suédois a formé lundi une demande de placement en détention de Julian Assange, déjà emprisonné en Grande-Bretagne, en vue de l'émission d'un mandat d'arrêt européen à l'encontre du fondateur de WikiLeaks poursuivi pour un viol présumé commis en Suède en 2010. (20 mai 2019) La Suède espère voir comparaître devant un tribunal Julian Assange pour une affaire de viol, avant la prescription du crime échéant en 2020. (13 mai 2019) Julian Assange a été près d'un an de prison par un tribunal londonien pour violation des conditions de sa liberté provisoire, (Mercredi 1er mai 2019) Julian Assange a tenté de créer un «centre d'espionnage» dans l'ambassade d'Equateur, dénonce le président Lenin Moreno. (Dimanche 14 avril 2019) Après l'épisode Assange, l'Equateur affirme être victime d'attaques informatiques sans conséquence grave pour l'instant. (Samedi 13 avril 2019) La ministre de l'Intérieur de l'Equateur Maria Paulo Romo a annoncé l'arrestation d'une personne «proche» de Julian Assange accusée d'avoir «collaboré aux tentatives de déstabilisation du gouvernement». (Vendredi 12 avril 2019) Julian Assange a été arrêté par la police britannique dans l'ambassade d'Equateur. Le fondateur de WikiLeaks été placé en garde à vue dans un commissariat londonien. (Jeudi 11 avril 2019) Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, aurait été «ingrat» envers l'Equateur, selon son ministre des Affaires étrangères. (Samedi 6 avril 2019) Alors que WikiLeaks a rapporté que Julian Assange serait «expulsé» sous peu, l'Equateur dit ignorer les rumeurs. (Jeudi 4 avril 2019) Julian Assange a «réitéré» ses violations de l'accord imposé par l'Equateur, accuse le président Lenin Moreno mardi. (2 avril 2019) Des enquêteurs américains vont interroger à partir de vendredi des diplomates équatoriens passés dans l'ambassade du pays à Londres. Leur objectif est de déterminer qui le fondateur de WikiLeaks Julian Assange a pu rencontrer depuis six ans qu'il s'y est réfugié. (18 janvier 2019) Le fondateur de WikiLeaks a été inculpé aux Etats-Unis. La nouvelle a été dévoilée par inadvertance par les procureurs. (Vendredi 16 novembre 2018) La justice équatorienne a rejeté lundi une demande de Julian Assange contre ses conditions d'asile à l'ambassade de Quito à Londres. C'est l'ex-juge espagnol Baltazar Garzón qui va représenter Julian Assange, comme il l'a annoncé lors d'une conférence de presse à Quito ce 19 octobre 2018. Le fondateur du site internet WikiLeaks, Julian Assange, réfugié à l'ambassade d'Equateur à Londres depuis 2012, a renoncé à l'asile accordé par Quito, selon une lettre signée de sa main en décembre 2017. (Mercredi 25 septembre 2018) L'Equateur voulait confier en 2017 un poste diplomatique en Russie à Julian Assange, le fondateur du site lanceur d'alertes WikiLeaks, selon un document du gouvernement équatorien. Mais il s'est ravisé après que la Grande-Bretagne a refusé de lui accorder l'immunité diplomatique. (Samedi 22 septembre 2018) La justice britannique maintient le mandat d'arrêt de Julian Assange. (Mardi 13 février 2018) Quito et Londres cherchent une solution «qui protège la vie» de Julian Assange, a déclaré le président équatorien. (Mercredi 24 janvier 2018) Julian Assange a affirmé qu'il espérait «gagner» d'ici six mois sa bataille avec les autorités britanniques, afin de quitter l'ambassade d'Equateur à Londres sans être extradé vers les Etats-Unis. (Jeudi 22 juin 2017) Le nouveau président équatorien, bien que qualifiant Assange de «hackeur», continuera à offrir l'asile au fondateur de WikiLeaks. (Lundi 29 mai 2017) Julian Assange: «Ce jour est une victoire importante pour moi et pour le système des droits de l'Homme de l'Onu.» (19 mai 2017) Le parquet suédois a abandonné ses poursuites pour viol contre le fondateur de WikiLeaks Julian Assange, refermant une saga judiciaire qui durait depuis 2010. (Vendredi 19 mai 2017) La Suède doit décider vendredi si elle renouvelle sa demande de mandat d'arrêt européen contre le fondateur de WikiLeaks. (19 mai 2017) Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, accepte d'être extradé vers les Etats-Unis si le président Barack Obama accorde sa grâce à l'ex-soldat américain Chelsea Manning. (Jeudi 12 janvier 2016) Un groupe de travail de l'ONU a rejeté un recours du Royaume-Uni contre son avis selon lequel le fondateur de WikiLeaks Julian Assange est détenu arbitrairement. (Jeudi 1er décembre 2016) Le fondateur de WikiLeaks doit être entendu par la justice à l'ambassade d'Equateur de Londres. (Lundi 14 novembre 2016) La connexion Internet de Julian Assange, qui vit reclus dans l'ambassade de l'Equateur à Londres depuis juin 2012, a été coupée. WikiLeaks accuse un «Etat» étranger de l'avoir fait. (17 octobre 2016) En ce jour anniversaire, le fondateur de WikiLeaks est attendu dans une intervention par vidéoconférence depuis l'ambassade de l'Equateur à Londres dans laquelle il est toujours confiné. (mardi 4 octobre 2016) La magistrate suédoise qui instruit l'enquête pour viol, Marianne Ny, a redit la semaine dernière sa détermination à entendre Julian Assange. Le mandat d'arrêt européen est maintenu. (Vendredi 16 septembre 2016) Julian Assange a dévoilé sur le compte Twitter de Wikileaks un rapport de 27 pages daté du 10 novembre 2015 détaillant les conséquences de sa vie recluse dans l'ambassade. (15 septembre 2016) Le fondateur de Wikileaks Julian Assange a affirmé dans une interview à Fox News que des documents liés à Hillary Clinton, et qui pourraient avoir un impact sur les élections à venir, seraient rendus publics avant le 8 novembre prochain. (24 août 2016) L'Equateur va autoriser la justice suédoise à interroger Julian Assange dans son ambassade. Les autorités suédoises veulent questionner Julian Assange, 45 ans, dans le cadre d'une enquête sur des accusations de viol portées contre lui pour des faits remontant à 2010. (jeudi 11 août 2016) Julian Assange entame sa 5e année reclus à l'ambassade d'Equateur à Londres. (dimanche 19 juin 2016) Ce 19 juin 2016, plusieurs personnalités saisissent la date 'anniversaire' de la réclusion forcée de Julian Assange pour prendre sa défense dont ici la designeuse Vivienne Westwood qui porte un tee-shirt sur lequel on peut lire «Je suis Assange». (dimanche 19 juin 2016) Le fondateur de Wikileaks, l'Australien Julian Assange, reclus depuis quatre ans à l'ambassade d'Équateur à Londres, a accusé mardi François Hollande d'être «une escroquerie comme de nombreux politiciens». (Mardi 31 mai 2016) La justice suédoise maintient le mandat d'arrêt européen contre Julian Assange (image de février 2016). Il est sous le coup d'un mandat d'arrêt émis par la Suède dans le cadre d'une enquête pour viol, après la plainte déposée par une Suédoise en 2010. (Mercredi 25 mai 2016) Le fondateur de WikiLeaks vit reclus depuis juin 2012 à l'intérieur de la mission équatorienne dans le quartier de Knightsbridge, de crainte d'être expulsé vers la Suède puis les Etats-Unis. Washington ne lui a pas pardonné la divulgation par WikiLeaks de centaines de milliers de documents confidentiels en 2010. (Mercredi 25 mai 2016) Julian Assange a annoncé qu'il allait quitter l'ambassade d'Equateur à Londres (Lundi 18 août 2014) Dimanche 19 août 2012, Julian Assange s'est adressé aux médias depuis le Balcon de l'ambassade d'Équateur à Londres. . Les médias se sont déplacés en masse pour écouter Julian Assange. La justice britannique s'était prononcée en faveur de l'extradition de Julian Assange vers la Suède, où il doit répondre de viol et d'agression sexuelle sur deux Suédoises. (Jeudi 16 août 2012) Ricardo Patino, ministre équatorien des Affaires étrangères a mis un terme jeudi 16 août 2012 à un suspense de près de deux mois. L'Equateur «a décidé d'accorder l'asile diplomatique au citoyen (australien) Julian Assange». Plusieurs dizaines de manifestants et de journalistes, encadrés par des policiers, étaient massés devant l'ambassade d'Equateur où Julian Assange, réfugié depuis deux mois, dans l'attente de la décision de Quito sur sa demande d'asile politique. (Jeudi 16 août 2012) (Jeudi 16 août 2012) . Au fil de la matinée, le nombre de manifestants et de cameramen a nettement grossi.Trois manifestants ont été arrêtés par la police. (Jeudi 16 août 2012) . . L'ambassade d'Equateur, un bâtiment élégant en briques rouges, est située dans le quartier chic de Knightsbridge, au dos du grand magasin. . Les manifestants campent sur le trottoir opposé à l'ambassade, en écoutant de la musique. Des posters pro-Assange sont accrochés à des barrières métalliques, la plupart depuis plusieurs semaines. A Londres, des manifestants équatoriens ont apporté leur soutien à Assange En Équateur, la mobilisation en faveur d'Assange ne faiblit pas. «Nous sommes souverains et pas une colonie», clament les partisans de Julian Assange

Sur ce sujet
Une faute?

La justice suédoise a annoncé lundi la réouverture de l'enquête pour viol contre le fondateur de WikiLeaks Julian Assange. Elle espère le voir comparaître devant un tribunal avant la prescription du crime en 2020 s'il n'est pas extradé d'ici là vers les Etats-Unis.

L'annonce du parquet de Stockholm relance un feuilleton judiciaire qui dure depuis près d'une décennie. Pendant cette période, Julian Assange et ses soutiens n'auront eu de cesse de dénoncer une manoeuvre destinée à le faire extrader vers les Etats-Unis pour y répondre des fuites de documents secrets américains par WikiLeaks.

C'est officiellement pour éviter cette extradition que l'Australien s'était réfugié en 2012 à l'ambassade d'Equateur à Londres. En son absence, et faute de pouvoir faire avancer l'enquête, la justice suédoise avait abandonné les poursuites en mai 2017. Mais son arrestation spectaculaire le 11 avril à Londres avait ravivé l'espoir de la plaignante et de son avocate de le voir remis à la Suède en vue d'un procès avant la prescription échéant en août 2020.

«J'ai décidé aujourd'hui de rouvrir l'enquête», a annoncé Eva-Marie Persson, procureure adjointe, lors d'une conférence de presse. «M. Assange étant sorti de l'ambassade équatorienne, les circonstances sont réunies pour demander sa remise (à la Suède) en vertu d'un mandat d'arrêt européen, ce qui n'était pas le cas avant le 11 avril.» Le parquet va émettre dans les plus brefs délais un mandat d'arrêt européen à l'encontre de M. Assange.

Prescription dans un premier cas

Agée d'une trentaine d'années à l'époque des faits, la plaignante avait rencontré son agresseur présumé lors d'une conférence de WikiLeaks à Stockholm. Elle l'accuse d'avoir engagé un rapport sexuel dans la nuit du 16 au 17 août, pendant qu'elle dormait et sans préservatif alors qu'elle lui avait à plusieurs reprises refusé tout rapport non protégé.

Julian Assange a toujours soutenu qu'elle était consentante et avait accepté de ne pas utiliser de préservatif. L'Australien avait été interrogé le 31 août 2010 par la police suédoise à Stockholm au sujet d'une plainte pour agression sexuelle déposée par une première jeune femme pour des faits présumés commis le 13 août. Cette procédure a été frappée par la prescription en 2015.

Il n'avait en revanche jamais été entendu au sujet de la plainte pour viol d'une autre jeune femme, jusqu'à son audition à l'ambassade équatorienne en novembre 2016 par un procureur équatorien en présence d'une magistrate instructrice suédoise. «Je suis totalement innocent», écrivait-il dans un message publié avec la retranscription de ses déclarations au procureur équatorien.

«Signal fort»

Son avocat suédois, Per E Samuelson, a estimé lundi que la Suède se «ridiculisait» en relançant des poursuites «vieilles de 10 ans». «Je ne suis pas le moins du monde inquiet pour ce qui concerne la question de la culpabilité», a-t-il dit à la télévision.

Pour l'avocate de la plaignante, la décision de la justice suédoise «envoie un signal fort». «Nul n'est au-dessus de la loi, pas même quand on s'appelle Julian Assange», a lancé Elisabeth Massi Fritz à la presse à Stockholm.

Piratage informatique

Julian Assange, 47 ans, est inculpé par la justice américaine d'association de malfaiteurs en vue de commettre un «piratage informatique», pour avoir aidé l'ex-analyste du renseignement américain Chelsea Manning à obtenir un mot de passe et ainsi accéder à des milliers de documents classés secret-défense.

Il refuse d'être extradé vers les Etats-Unis, où selon le représentant de la justice américaine, il risque une peine maximale de cinq ans de prison. La procédure d'examen de la demande d'extradition vers les Etats-Unis suit son cours.

Toutefois selon le parquet suédois, en «cas de concurrence entre un mandat d'arrêt européen et une demande d'extradition américaine, ce sont les autorités britanniques qui fixent l'ordre de priorité». En attendant, Assange a été condamné à 50 semaines de prison pour violation de ses conditions de liberté provisoire par un tribunal britannique.

(nxp/ats)