Etats-Unis

19 juin 2018 09:13; Act: 19.06.2018 09:43 Print

La montée des eaux, «une catastrophe au ralenti»

Sur les côtes de Floride, des dizaines de milliers de maisons sont à risque, bien qu'elles ne soient pas officiellement classées en zones inondables, alerte un nouveau rapport publié lundi.

storybild

Une maison à vendre particulièrement vulnérable à la montée des eaux en Floride. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

A seulement quelques blocs des plages, juste en dehors des zones inondables, les promoteurs s'activent à construire des maisons qui n'ont pas d'obligation légale de souscrire une assurance inondation. Cette économie à court terme présage un désastre économique à long terme.

Rien qu'en Floride, 64'000 maisons, d'une valeur totale de 26 milliards de dollars, risquent des inondations chroniques dans les 30 prochaines années, la durée habituelle des emprunts immobiliers aux Etats-Unis, prévient le rapport publié par l'Union of Concerned Scientists (UCS), une organisation scientifique américaine.

Dans l'ensemble des Etats-Unis, 311'000 maisons côtières, d'une valeur de 120 milliards de dollars, présentent un risque d'inondations chroniques d'ici 2045, selon le même rapport.

Marées toujours plus hautes

Ce risque d'inondations n'a rien à voir avec les ouragans et les tempêtes: le danger vient des marées hautes, de plus en plus hautes, quand l'eau se déverse dans les rues, sur les trottoirs, dans les magasins et les maisons - même par beau temps.

«Ce risque est à relativement court terme, bien avant que tout soit complètement inondé, et cela peut arriver sans tempête», explique Rachel Cleetus, économiste à l'UCS. Or, le marché immobilier ne prend pas en compte ces risques, dit la chercheuse, qui avertit qu'une correction économique est «inévitable».

L'organisation a publié sur son site une carte montrant les zones réellement à risque selon elle, sur la base d'un scénario de forte montée des eaux. Pour les propriétaires, dont la maison est souvent la possession la plus importante, il est nécessaire de prendre en compte le haut de la fourchette de risque, dit Rachel Cleetus

«Catastrophe au ralenti»

Des inondations chroniques sont définies comme se produisant au moins 26 fois par an. En Floride, le niveau des océans devrait monter de 55 centimètres d'ici 2045, et 1,95 m d'ici 2100, selon ce scénario - alors que l'altitude moyenne dans l'Etat est d'environ 1,80 m, et que beaucoup d'endroits sont en-dessous de zéro. «C'est une catastrophe au ralenti», résume l'économiste.

Miami, la baie de Tampa et les très touristiques îles Florida Keys sont les plus exposées. Des quartiers entiers pourraient être inondés de façon permanente, un coût astronomique pour les propriétaires mais aussi pour les municipalités, qui perdraient en population et en recettes fiscales.

Cartes vétustes

Le problème est que les acheteurs de maisons ne prennent en compte que les cartes de l'Etat fédéral américain, qui n'ont souvent pas été remises à jour depuis des années ou des décennies.

A Sarasota, nombre d'habitants disent ne pas avoir besoin d'assurance inondation car ils ne sont pas dans les zones inondables officielles. Une décision absurde, s'évertuait à expliquer récemment Desiree Companion, experte en inondations du comté de Sarasota, lors d'une réunion publique.

Elle a raconté aux sept participants que les cartes fédérales sont fondées sur un risque de précipitations de 25 centimètres en 24 heures, un événement météorologique censé arriver une fois par siècle. L'an dernier, l'ouragan Harvey a déversé 129 cm en 24 heures sur le Texas. «Tout le monde est en zone inondable», lance-t-elle.

A qui la faute ?

Ce n'est pas seulement la faute du gouvernement fédéral, nuance Jeffrey Huber, professeur à l'école d'architecture de la Florida Atlantic University.

«Les agents immobiliers ne sont nulle part obligés de dire aux acheteurs que leur maison est vulnérable face à la montée du niveau des océans», dit-il à l'AFP, blâmant également les municipalités. «Les gens ne sont pas assez informés», regrette-t-il.

Une solution existe: limiter les émissions de gaz à effet de serre, et donc le réchauffement de la planète et la fonte des glaces, ce qui est l'objectif de l'accord de Paris sur le climat. Selon Astrid Caldas, scientifique de l'UCS, 85% des propriétés à risque pourraient être sauvées si l'objectif de l'accord de Paris de limiter à 2 degrés le réchauffement de la planète était atteint.

Mais le président américain Donald Trump a sorti les Etats-Unis de l'accord l'an dernier.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Martin le 19.06.2018 09:49 Report dénoncer ce commentaire

    Danger

    La montée des eaux ne concerne pas que la Floride .... les îles sont également en danger. Cela pourrait se produire encore plus vite que prévu, vu la fonte de la banquise et des glaciers. Les USA payeront fort l'ignorance et l'égocentrisme de Trump

  • Tropical le 19.06.2018 09:58 Report dénoncer ce commentaire

    Climat

    Et moi qui pensait que les USA était le seul pays non concerné par le réchauffement climatique.... LOL

  • Sébastien De Genève le 19.06.2018 11:03 Report dénoncer ce commentaire

    Au lieu de guerroyer dans le monde...

    Le gouvernement des USA ferait mieux d'utiliser cet argent pour construire des digues afin de sauver leurs habitants des basses terres vulnérables à la montée inexorable des eaux.

Les derniers commentaires

  • jean Luc Lecolosse le 19.06.2018 23:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    terrorisme climatique

    le beau s'instale et avec lui la terreur et la culpabilisation des climatoseptiques mais si toute les prévisions de nos chères terroristes climatique étaient vrais il y a longtemps qu'ils seraient morts noyés

  • CHB le 19.06.2018 12:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Trumplouf

    Pourvu que Mare el Lago se retrouve sous l'eau, même pas une larme

  • Yvan le 19.06.2018 11:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    USA

    Qu'ils continuent à construire.

  • Philippulus le Prophète le 19.06.2018 11:41 Report dénoncer ce commentaire

    Philippulus le Prophète

    La fin des temps est venue. Je suis Philippulus le Prophète et je vous annonce que des jours de terreur vont venir. La fin du monde est proche. Tout le monde va périr. Et les survivants mourront de faim et de froid ! Et ils auront la peste, la rougeole et le choléra !

  • Sébastien De Genève le 19.06.2018 11:03 Report dénoncer ce commentaire

    Au lieu de guerroyer dans le monde...

    Le gouvernement des USA ferait mieux d'utiliser cet argent pour construire des digues afin de sauver leurs habitants des basses terres vulnérables à la montée inexorable des eaux.

    • Andrew le 19.06.2018 14:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Sébastien De Genève

      Les digues ne suffiront pas! En Floride comme ailleurs

    • Sébastien De Genève le 19.06.2018 20:02 Report dénoncer ce commentaire

      Vous n'êtes pas au courant @Andrew...

      Que la Hollande effectue des travaux pharaoniques pour la future montée des eaux ??? Canalisations des rivières, digues, portes d'écluses qui peuvent se fermer lors des tempêtes avec de grandes vagues ou à certaines heures avec la marée, zones inondables et maisons flottantes.

    • Et Toc le 19.06.2018 22:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Sébastien De Genève

      Les hollandais sadaptent. C est plus utile que de pleurnicher et de culpabiliser comme la majorité des gens victimes de la pensée unique.