World Press Photo

12 avril 2019 00:51; Act: 12.04.2019 11:50 Print

La photo d'une fillette en pleurs récompensée

Ce cliché, «d'une violence d'un autre type», a été pris par John Moore, à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis.

Voir le diaporama en grand »
La photo de la petite Yalena Sanchez, en larmes aux côtés d'un agent, a fait le tour du monde. Elle a remporté le premier prix de la catégorie 'actualité'. Ce cliché, pris à Tapanatepec, au Mexique, montre le quotidien de milliers de migrants d'Amérique centrale souhaitant rejoindre les Etats-Unis. La série complète du reportage a remporté le premier prix de la catégorie 'actualité'. Diagnostiquée d'une tumeur au cerveau deux ans plus tôt, Pura fête ses 15 ans à La Havane, à Cuba. Elle parcourt son quartier dans une décapotable rose des années 1950. L'image a remporté le premier prix de la catégorie 'sujets contemporains'. Megan Scott, une militante pour la réforme du droit de l'avortement, déguisée en Sainte Brigitte, protectrice de l'Irlande, milite pour les droits de l'avortement. La série de photos a remporté le premier prix de la catégorie 'sujets contemporains'. Membre de l'unité de lutte contre le braconnage féminine, Petronella Chigumbura (30 ans) a été immortalisée dans le parc animalier de Phundundu, au Zimbabwe. A cause d'une irrigation mal planifiée, d'une sécheresse prolongée et de la déforestation, la taille du bassin du Tchad a diminué de 90 % au cours des 60 dernières années. La série complète a remporté le premier prix dans la catégorie 'environnement'. Un homme tente de retenir la presse alors que des enquêteurs saoudiens se dirigent au consulat d'Arabie saoudite, à Istanbul, après la disparition du journaliste saoudien Jamal Kashoggi. Premier prix de la catégorie 'infos générales'. Cliché d'un milicien en première ligne de la ville assiégée de Taiz, au sud-ouest du Yémen. Selon l'ONU, ce conflit qui oppose rebelles yéménites chiites Houthis et une coalition de pays arabes menée par l'Arabie saoudite, a affaibli 8,4 millions de personnes, qui risquent de mourir de faim. 75% de la population a besoin d'une aide humanitaire. La série complète a remporté le premier prix de la catégorie 'infos générales'. A Borodino, en Russie, le champ de bataille où le pays a combattu les forces de Napoléon en 1812 sert aux ados à s'entraîner au tir. La série complète, dédiée à l'éducation patriotique aux Etats-Unis et en Russie, a reçu le premier prix du 'projet au long cours' Des grenouilles à pattes tranchées, encore vivantes, luttent à la surface après avoir été rejetées à l'eau, à Covasna, en Roumanie. L'image a remporté le prix de la catégorie 'nature'. Premier prix de la catégorie 'nature', la série de photos sur les faucons d'Erdene Sant, en Mogolie, montre cette espèce en voie de disparition sous un angle inédit. Durant la Fashion week, trois modèles de la créatrice de mode sénégalaise Adama Paris posent dans les rues de Dakar. Cette image a remporté le prix de la catégorie 'portraits'. Dans la ville Igbo-Ora, au sud-ouest du Nigéria, la plupart des familles comptent des jumeaux. Le cliché de Kehinde Quadrat et de Taiwo Badrat, 17 ans fait partie de la série qui a remporté le prix de la catégorie 'portraits'. A 30 ans, la boxeuse Moreen Ajambo, également mère de sept enfants, s'entraîne au club de boxe Rhino au Katanga, un grand bidonville situé à Kampala en Ouganda. Elle se bat pour concourir au niveau international. Cette image a remporté la catégorie 'sports'. Interdites d'entrée dans les stades de football, les Iraniennes ont été exceptionnellement autorisées à assister au match Persepolis-Kashima Antlers (une équipe japonaise) dans une section isolée du stade Azadi, à Téhéran, le 20 juin 2018. La série de photos a remporté la catégorie 'sports'.

Sur ce sujet
Une faute?

Le cliché bouleversant d'une petite fille hondurienne en larmes, le regard tourné vers sa mère fouillée par un agent à la frontière américaine, a remporté jeudi le prix de la photo de l'année du prestigieux World Press Photo.

Cette image capturée en juin 2018 par John Moore, photographe de Getty, montre Sandra Sanchez et sa fille Yanela alors qu'elles sont appréhendées par des officiers après avoir traversé illégalement la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique. Les juges ont estimé que ce cliché, qui a fait le tour du monde, illustre «une violence d'un autre type, qui est psychologique».

Face à l'émoi général créé par la photo, le service américain des douanes et de la protection des frontières avait précisé que Yanela et sa mère ne figuraient pas parmi les milliers de migrants qui ont été séparés à leur arrivée aux Etats-Unis. «Néanmoins, le tollé général contre cette pratique controversée a conduit le président Donald Trump à revoir sa politique en juin dernier», ont déclaré les juges du concours basé à Amsterdam.

John Moore était en train de photographier les agents des services frontaliers dans la nuit du 12 juin, au coeur de la vallée du Rio Grande, lorsqu'ils ont arrêté un groupe de personnes qui tentaient de traverser la frontière. «Je pouvais voir la peur sur leurs visages, dans leurs yeux», avait confié à une radio américaine le photographe.

Il dit avoir pris la photo quand Sandra Sanchez a posé la fillette au sol pour être fouillée. L'enfant s'est mise à pleurer. «J'ai mis un genou à terre et j'avais très peu de temps avant que cet instant ne soit fini», a raconté le photographe de 51 ans, qui couvre la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique depuis une dizaine d'années.

«Je voulais raconter une autre histoire», a-t-il dit à l'AFP lors de la cérémonie à Amsterdam. «C'était pour moi une possibilité de montrer une image de l'humanité qui souvent n'apparaît que dans des statistiques», a-t-il ajouté. «Je pense qu'un sujet comme celui-là, les questions d'immigration, trouve un écho au-delà des Etats-Unis, dans le monde entier», a-t-il aussi déclaré devant les centaines d'invités à la cérémonie.

La question sensible de l'immigration a également été mise en lumière jeudi dans la catégorie «World Press Photo Story of the Year Award» (Prix de l'année pour un reportage photo). Les juges ont plébiscité une série de photos prises en octobre 2018 par le photographe Pieter Ten Hoope, qui retrace le parcours de nombreuses familles ayant quitté le Honduras à bord d'une caravane afin de se rendre aux Etats-Unis.

Ces clichés «témoignent d'un sens de la dignité élevé», a déclaré l'un des membres du jury. Cette année, les juges ont sélectionné les gagnants parmi quelque 78'800 images soumises par plus de 4'730 photographes du monde entier, selon les organisateurs.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Marc le 12.04.2019 07:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo les hommes

    Triste réalité de voir que la majorité des photos représente l'horreur humaine... Comme quoi on va rien laisser de bons ici

  • Welsch_bern le 12.04.2019 06:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    violence ou excuse?

    madame traverse une frontière illégalement, se fait fouiller et il s'agit de "violence psychologique" les criminels ont plus de droits que les "policiers"?

  • alain larr le 12.04.2019 06:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    une injure pour les photographes

    bref du trumpbsshing et non pas la qualité primée

Les derniers commentaires

  • Aux détracteurs le 14.04.2019 11:38 Report dénoncer ce commentaire

    C'est LA Réalité

    Les photos immortalisent l'instant... c'est donc parlant. Il est triste une fois de plus de voir certains détracteurs qui s'amusent encore à créer des Fake News.... Les photos sont des preuves de la réalité. N'en déplaise à ces détracteurs

  • SONIA le 12.04.2019 16:43 Report dénoncer ce commentaire

    LUCAS , MEXIQUE FRONTIERE

    cela vous rassure certainement, ou vous donne bonne conscience....si cela est possible Que la photo soit ou pas hors contexte, il n en demeure pas moins que ce type de situation EST bien REELLE

  • sgtm65 le 12.04.2019 13:45 Report dénoncer ce commentaire

    photo pour gogo ou gauchistes

    moi aussi je suis capable de faire ce genre de photo ! je suis juste pas capable de tromper ceux qui regardent ce genre de photos !!!

  • Max. le 12.04.2019 13:42 Report dénoncer ce commentaire

    Concours photo ou politique ?

    Comment récompenser une photo, non pour la photo elle-même mais pour son but politique. Une image prise au hasard, on ne connaît ni les protagonistes, ni le lieu précis, ni les faits, ni rien en fait. La fille pleure, oui, mais pourquoi tout de suite penser que c'est forcément du à la dureté de la police ? Peut-être est-elle fatiguée, perdue, on ne sait d'ailleurs même pas si c'est la fille de la personne fouillée.

  • Jacques le 12.04.2019 13:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et moi

    Moi je pleure tout les jours de voir les socialistes nous imposer à tout prix l'Europe. Personne ne m'a pris en photo pour ce faire du blé. Par contre je viens tout les jours plus pauvre.