Russie

09 mars 2016 10:23; Act: 09.03.2016 15:22 Print

La pilote ukrainienne continue sa grève

Nadia Savtchenko, contre qui le parquet russe a requis 23 ans de prison pour le meurtre de deux journalistes, poursuit sa grève de la faim et de la soif.

storybild

Nadia Savtchenko a adressé un bras d'honneur au tribunal. (Photo: DR/Photo d'illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

«Je poursuivrai ma grève de la faim et de la soif», a déclaré, via un traducteur, Nadia Savtchenko au dernier jour de son procès, au cours duquel elle a fait une ultime déclaration.

La pilote, qui a réaffirmé à cette occasion être innocente des faits qui lui sont reprochés, est ensuite montée sur le banc des accusés et a adressé un bras d'honneur au tribunal, qui rendra son verdict les 21 et 22 mars.

«Peut-être que je vivrai» jusque-là, a ajouté Nadia Savtchenko.

«Rappelez-vous: nous jouons ma vie. Et je gagnerai. Les enjeux sont élevés et je n'ai rien à perdre», a-t-elle poursuivi, concluant elle-même sa déclaration finale après avoir dans un premier temps laissé un traducteur lire son texte publié jeudi dernier, date du report surprise de son procès.

Hymne ukrainien

Le dernier jour du procès, auquel assistaient la mère et la soeur de la militaire, s'est terminé dans l'agitation, plusieurs personnes dans l'assistance entonnant l'hymne ukrainien.

«Il est peu probable que nous puissions la convaincre d'arrêter sa grève», a déclaré l'un des avocats de Nadia Savtchenko, Mark Feïguine.

Nadia Savtchenko a entamé le 3 mars une grève de la faim et de la soif après le report inattendu de son procès, qui l'a empêchée de prononcer sa dernière déclaration avant que le tribunal ne se retire pour délibérer.

Pour protester contre sa détention, la jeune femme de 34 ans avait déjà observé une grève de la faim de plus de 80 jours, qui avait pris fin en mars 2015, mais c'est la première fois qu'elle se met également en grève de la soif.

23 ans de prison

«Aucune discussion sur un échange (de prisonniers avec l'Ukraine, ndlr) n'a eu lieu et ne peut avoir lieu avant le jugement du tribunal», a déclaré à la presse la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

Le Parquet russe a requis 23 ans de prison contre la pilote, jugée depuis l'été dernier par un tribunal de Donetsk, petite ville russe à quelques kilomètres de la frontière ukrainienne.

Elle comparaît pour avoir, selon l'accusation, transmis à l'armée ukrainienne la position de deux journalistes russes tués par un tir de mortier dans l'est de l'Ukraine à l'été 2014.

(nxp/afp)