Attentat en Irak

26 février 2011 10:15; Act: 26.02.2011 10:22 Print

La plus grande raffinerie du pays attaquée

Selon le Ministère du pétrole, une pénurie d'essence est exclue dans l'immédiat, un optimisme mis en doute par une experte.

storybild

La raffinerie de Baiji quelques jours avant l'attentat. (Photo: Reuters)

Une faute?

La production de la plus grande raffinerie pétrolière a été interrompue samedi à la suite d'un attentat qui a gravement endommagé sa principale unité.

«Des inconnus ont pénétré dans l'établissement, tué deux ingénieurs, puis fait exploser une bombe dans l'unité nord», a dit le directeur adjoint du complexe pétrolier de Baiji, Abdel Kader Saab. Selon le porte-parole Assem Jihad, cette unité produit 150.000 barils par jour (b/j).

La raffinerie de Baiji, construite en 1982 et située à 200 km au nord de Bagdad, produit 205.000 b/j, soit 35% de la capacité de raffinage du pays qui s'élève à 550.000 b/j, en dehors du Kurdistan.

«Complot»

«Cette attaque fait partie d'un complot visant les installations pétrolières pour saboter les réalisations de l'Irak dans ce secteur», a affirmé le ministre du Pétrole, Abdel Karim al-Luaybi, dans un communiqué.

Assem Jihad a indiqué qu'il fallait «que l'équipe d'experts évalue l'étendue des dommages pour déterminer le temps qu'il faudra pour reconstruire la raffinerie».

A la question de savoir si l'Irak allait connaître une pénurie d'essence, il a répondu: «Pour le moment non. Nous avons dix jours de réserves et il y a plusieurs autres raffineries dans le pays».

Mais, Ruba Hussari, éditrice du site Iraq Oil Forum, est plus pessimiste. «L'impact se fera rapidement sentir dans les rues et je m'attends à d'importantes files d'attente dans les stations-service. Je pense aussi que l'Irak sera obligé d'importer une grande quantité d'essence et c'est surtout la partie nord du pays qui sera affectée».

L'Irak affirme disposer de réserves «exploitables» de 143,1 milliards de barils, ce qui le place parmi les quatre premiers mondiaux après l'Arabie Saoudite, le Venezuela et l'Iran.

(ats)