Marseille

10 mars 2011 16:57; Act: 10.03.2011 17:09 Print

La police débloque le port par la force

La police est intervenue massivement jeudi pour libérer l'accès maritime et terrestre du port de Marseille, en France.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

L'accès du port de Marseille était bloqué depuis deux jours par la CGT de la Société nationale Corse Méditerranée (SNCM). Les marins dénoncent la réduction du nombre de liaisons entre le continent et la Corse.

Les chaloupes positionnées par les grévistes dans les passes Nord et Sud ont été arraisonnées vers 07h00 par la gendarmerie maritime. Parallèlement, les CRS sont intervenus par voie terrestre.

L'opération s'est faite sans heurts et 14 marins ont été interpellés, dit-on de source policière. Des centaines de policiers, dont 700 CRS, étaient mobilisés pour cette opération, rare en France en cas de blocage dans un conflit syndical.

Le syndicat CGT a protesté, demandé la remise en liberté des personnes arrêtées et appelé à la discussion. «La réponse par l'armée confirme une conception des rapports sociaux qui conduit à l'impasse», écrit-il dans un communiqué.

Ferries bloqués

L'intervention policière n'a pas eu d'incidence sur les ferries de la SNCM, bloqués à quai depuis près de six semaines par des marins en grève à l'appel de la CGT et du Syndicat autonome des marins de la marine marchande.

Une réunion de crise est prévue le 15 mars à Paris par le conseil de surveillance de la SNCM en présence d'un représentant syndical.

Moins de liaisons

Les marins de la SNCM avaient entamé mardi le blocage des deux voies desservant le trafic passagers et marchandises du port. Ils dénoncent la réduction du nombre de liaisons entre le continent et la Corse à partir du port de Nice et craignent une suppression de postes dans la compagnie.

Le port de Marseille, premier de France, connaît fréquemment des conflits sociaux. La Cour des comptes l'a épinglé dans son rapport publié le mois dernier, estimant que le rapide déclin du port était dû au blocage social qui pèse sur ses comptes et sa fiabilité.

(ats)