Argentine

28 décembre 2011 06:37; Act: 28.12.2011 20:30 Print

La présidente souffre d'un cancer

La présidente argentine, Cristina Kirchner, âgée de 58 ans, est atteinte d'un cancer de la thyroïde. Elle sera opérée début janvier, moins d'un mois après avoir entamé un second mandat de quatre ans.

Sur ce sujet
Une faute?

Les médecins estiment qu'elle devrait ensuite pouvoir mener une vie normale.

Le porte-parole de la présidence, Alfredo Scoccimarro, a annoncé mardi soir à la presse que «le 22 décembre dernier, lors d'examens de routine, un carcinome papillaire a été détecté au lobe droit de la glande thyroïde» de Mme Kirchner.

M. Scoccimarro a précisé qu'«il n'y avait pas de métastase» et qu'»une intervention chirurgicale était prévue le 4 janvier». «La maladie est circonscrite», a-t-il souligné.

La présidente a subi mardi de nouvelles analyses et «il a été constaté que les ganglions lymphatiques n'étaient pas atteints», a poursuivi le porte-parole de la présidence. Il a précisé qu'elle devait être hospitalisée 72 heures et suivre une convalescence de 20 jours.


Excellentes perspectives


«Les perspectives sont excellentes et la tumeur ne devrait plus évoluer après l'opération», a estimé l'oncologue Mario Bruno, membre de l'Association Argentine de Cancérologie.

La tumeur ayant été identifiée très tôt, «l'intervention devrait apporter une solution définitive au problème», a-t-il dit, assurant que Mme Kirchner devrait pouvoir «mener une vie normale».

Mme Kirchner sera remplacée à la tête de l'Etat pendant sa convalescence par son vice-président, Amado Boudou, récemment entré en fonctions après avoir été ministre de l'Economie.


Rassurer


Dans un geste destiné sans doute à les rassurer, la présidente a décidé de poursuivre mercredi ses activités prévues à son agenda: dès le matin, elle doit recevoir des gouverneurs au siège de la présidence, avant de participer à une cérémonie militaire.

La présidente argentine devient, après les Brésiliens Luiz Inacio «Lula» da Silva et Dilma Roussef, le Paraguayen Fernando Lugo et le Vénézuélien Hugo Chavez, le cinquième chef ou ex-chef d'Etat d'Amérique du Sud à avoir souffert d'un cancer ces dernières années.

Son mari et prédécesseur, Nestor Kirchner (2003-2007), avait été terrassé à 60 ans par une crise cardiaque le 27 octobre 2010, en pleine nuit.

Le couple se trouvait en week-end dans son fief patagonien de El Calafate. Son deuil et une croissance retrouvée lui ont permis, après avoir été au plus bas en 2009 à l'issue d'un long conflit avec les agriculteurs, de renouer avec sa popularité du début de son premier mandat.

Nombreux soutiens

Cristina Kirchner a remercié mercredi ses homologues latino-américains, dont plusieurs ont aussi été touchés par la maladie, pour leur soutien et assuré qu'elle continuerait le travail durant sa convalescence.
«Je continuerai de travailler avec le plus grand engagement», a déclaré la présidente lors d'un rendez-vous prévu avec les gouverneurs du pays à la Casa Rosada, le siège de la présidence à Buenos Aires, au lendemain de l'annonce officielle de son cancer.

Elle a également révélé que le Vénézuélien Hugo Chavez, lui-même atteint d'un cancer dans la zone pelvienne pour lequel il a été traité cette année, a été le premier président à l'appeler, suivi de Sebastian Piñera (Chili), Dilma Rousseff (elle aussi traitée pour un cancer, avant qu'elle n'assume la présidence du Brésil), puis Juan Manuel Santos (Colombie) et Rafael Correa (Equateur).

«Vous imaginez que le premier qui m'a appelée a été Hugo Chavez. Je lui ai dit: Toi et ton club de ceux qui ont survécu au cancer: je vais te disputer la présidence d'honneur, à toi et à vous tous », a raconté la présidente, en allusion aux autres dirigeants ou ex-dirigeants de la région également atteints par des cancers, comme Fernando Lugo (Paraguay) ou encore Luiz Inacio Lula da Silva (Brésil).

(ats)