Procès au Cambodge

29 mars 2011 11:58; Act: 29.03.2011 12:19 Print

La prison à perpétuité pour Duch

La prison à perpétuité a été requise par l'accusation contre l'ancien tortionnaire de la prison S-21 du régime khmer rouge, Kaing Guek Eav, alias «Duch».

storybild

Duch dirigeait la prison de Tuol Sleng (S-21), où 16.000 personnes ont été torturées sous le régime khmer rouge, de 1975 à 1979. (Photo: Reuters)

Une faute?

La prison à perpétuité, assortie d'une période de sûreté d'au moins 45 ans, a été requise mardi à l'encontre de l'ancien tortionnaire de la prison S-21 du régime khmer rouge, Kaing Guek Eav, devant le tribunal spécial chargé de le juger pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

Peine commuée à 19 ans de prison

En première instance, l'ancien tortionnaire de la prison S-21 Duch, 68 ans, avait été condamné à 35 ans de prison, mais sa peine avait été commuée à 19 ans en raison de la période de détention déjà purgée et d'autres détails techniques. Le parquet avait appel de cette décision, la jugeant trop clémente. Le procès en appel s'est ouvert lundi à Phnom Penh.

Mardi, les procureurs ont requis la «prison à perpétuité, réduite à pas moins de 45 ans» de détention. Ils ont observé que ses crimes n'auraient pas dû être englobés sous le terme général de crimes contre l'humanité. Au lieu de cela, il aurait dû être poursuivi pour viols, torture et esclavage, ce qui aurait permis de le condamner à une peine plus lourde encore, ont-ils souligné.

En le condamnant à la perpétuité, assortie d'une période de sûreté d'au moins 45 ans, le tribunal agira «pour le peuple cambodgien -son besoin de justice, son besoin de vengeance et son besoin de réconciliation», a souligné le procureur Andrew Cayley.

Il a observé que les tribunaux pénaux pour l'Ex-Yougoslavie et le Rwanda avaient condamné à la perpétuité des suspects reconnus coupables d'avoir tué ou torturé un nombre moins élevé de victimes, pendant une période plus courte, que Duch.

Pas l'un des hauts dirigeants

Les avocats de la défense contestent pour leur part la compétence du tribunal international, affirmant que Duch n'était pas l'un des hauts dirigeants du régime et se contentait de suivre les ordres.

Duch dirigeait la prison de Tuol Sleng (S-21), où 16.000 personnes ont été torturées sous le régime khmer rouge, de 1975 à 1979. Pendant cette période, plus d'1,7 million de Cambodgiens, soit environ un quart de la population, sont morts exécutés ou épuisés par le travail forcé, ou encore victimes de la famine ou du manque de soins médicaux.

Au cours des prochains mois, quatre anciens dirigeants du régime devraient être jugés par le tribunal spécial: Nuon Chea, l'idéologue des Khmers rouges, l'ancien chef d'Etat Khieu Samphan, l'ancien ministre des Affaires étrangères Ieng Sary et sa femme Ieng Thirith, ancienne ministre de Affaires sociales.

(ap)