États-Unis

27 septembre 2019 22:40; Act: 28.09.2019 07:10 Print

La sortie de «Joker» ravive la crainte de fusillades

En 2012, un individu avait ouvert le feu à Aurora durant la projection de «The Dark Knight Rises». Pour la sortie du film «Joker», la police de Los Angeles va se faire plus visible.

storybild

La sortie du film Joker suscite des inquiétudes aux Etats-Unis. (Photo: AFP)

Une faute?

La police de Los Angeles a annoncé vendredi qu'elle allait augmenter sa présence autour des cinémas qui vont projeter la semaine prochaine le film «Joker», au coeur d'une polémique faisant craindre à certains la possibilité d'actes de violence en marge des séances.

«Forte visibilité autour des cinémas»

«La police de Los Angeles est avertie des inquiétudes du public et de l'impact historique associés à la sortie du Joker. Bien qu'il n'y ait pas de menace plausible dans la zone de Los Angeles, la police va maintenir une forte visibilité autour des cinémas lors de la sortie», a expliqué une porte-parole du LAPD.

«Nous incitons tout le monde à sortir et à profiter des activités de loisirs que la ville propose ce week-end», a ajouté Rosie Cervantes, tout en appelant le public à la vigilance habituellement de mise.

Lettre ouverte au studio Warner

Mardi, cinq membres de familles de victimes de la fusillade d'Aurora (Colorado), lors de laquelle un jeune homme de 24 ans avait ouvert le feu durant la projection du film «The Dark Knight Rises» et abattu 12 personnes, ont publié mardi une lettre ouverte au studio Warner qui produit «Joker».

Ils expriment leur inquiétude à l'idée qu'un film puisse mettre en avant un personnage comme le Joker, qui figurait dans le long-métrage de Batman, «The Dark Knight».

«Individu isolé socialement»

Lion d'Or à la Mostra de Venise, «Joker» évoque la transformation d'un humoriste dépressif malmené par la société prenant finalement son destin en main pour devenir le personnage machiavélique et violent qui finira par être l'ennemi juré de Batman.

Dans leur lettre, les familles font remarquer que la fusillade d'Aurora, en 2012, a été «perpétrée par un individu isolé socialement qui se sentait lésé par la société». «Il n'est pas dans les intentions du film, de ceux qui l'ont fait ou du studio de présenter ce personnage comme un héros», a répondu Warner Bros au sujet de «Joker».

Face à cette controverse, le studio a annoncé vendredi qu'il allait restreindre l'accès de la presse au tapis rouge prévu ce week-end à Hollywood pour la présentation du film. Seuls les photographes seront autorisés à approcher les acteurs et l'équipe du film, mais pas la presse écrite ou audiovisuelle. «Beaucoup de choses ont été dites sur Joker , et nous avons l'impression qu'il est temps que les gens voient le film», a déclaré un porte-parole de Warner Bros.

(nxp/afp)