Etats-Unis

14 septembre 2018 17:04; Act: 14.09.2018 17:05 Print

La station n'a pas résisté à la puissance de Florence

L'ouragan Florence, qui s'est abattu vendredi matin sur la côte atlantique américaine, représentera une «menace importante» pendant encore 24 à 36 heures.

Sur ce sujet
Une faute?

La côte atlantique des Etats-Unis fera face à une «menace importante» pendant encore au moins un jour, assaillie par les pluies torrentielles et les vents violents de l'ouragan Florence qui provoque déjà vendredi de spectaculaires inondations, coinçant des habitants chez eux.

«L'ouragan Florence a touché terre près de Wrightsville Beach, en Caroline du Nord, à 07H15 (11H15 GMT) avec des vents maximum estimés à 150 km/h», a annoncé le Centre national des ouragans (NHC) dans un tweet.

L'impact de l'ouragan a été précédé par des vents violents tourbillonnants qui ont commencé à souffler peu après 5H00 locales (09H00 GMT), projetant des trombes d'eau dans tous les sens et faisant s'envoler débris et panneaux de signalisation.

La ville portuaire de Wilmington, en Caroline du Nord, s'était réveillée au son de plusieurs détonations, possiblement de transformateurs électriques ayant explosé, selon un journaliste de l'AFP sur place. Des arbres ont été déracinés et des vitres brisées sous la force du vent.

Ainsi, une station-service située à Topsail Beach s'est littéralement envolée sous la force des vents (voir video ci-dessus).

L'ouragan reste dangereux même s'il a été rétrogradé en catégorie 1 sur l'échelle Saffir-Simpson qui en compte cinq, a d'ailleurs averti le NHC. «Une menace importante persistera pendant encore 24 à 36 heures», a mis en garde Jeff Byard, responsable de l'Agence fédérale américaine des situations d'urgence (Fema). L'ouragan est accompagné d'un risque d'inondations «catastrophiques» et de crues soudaines, selon les autorités.

Les météorologues de l'Agence fédérale océanique et atmosphérique (NOAA) ont souligné que Florence «avançait lentement», à 6 km/h et déverserait donc ses pluies torrentielles pendant de longues heures sur les mêmes régions.

Zones «trop dangereuses»

Les sols sont déjà gorgés d'eau après deux semaines de pluies. Le risque d'inondations soudaines est donc très élevé, même à l'intérieur des terres, ont averti les autorités.

Certaines zones inondées sont trop dangereuses pour que «nos secouristes interviennent», a expliqué Jeff Byard, déplorant que certaines personnes n'aient pas suivi l'ordre d'évacuer.

Environ 1,7 million d'habitants ont été sommés de se mettre à l'abri, loin du littoral, la plupart dès mardi.

En Caroline du Nord, les secouristes ont mis à l'abri entre 150 et 200 personnes dans la ville de New Bern, construite sur les flancs d'une rivière, selon David Daniels de la police de la ville. Les opérations se poursuivaient vendredi pour venir en aide à des dizaines d'autres résidents n'ayant pas suivi les consignes d'évacuation.

«Nous sommes coincés dans le grenier», a raconté à CNN une habitante de la ville, Peggy Perry, réfugiée avec trois membres de sa famille au sommet de sa maison. «En quelques secondes, l'eau est montée jusqu'à la taille, maintenant elle est à hauteur d'épaule».

Sur Twitter, la mairie s'est voulue rassurante. «NOUS ALLONS VOUS SORTIR DE LA. Vous allez peut-être devoir monter au deuxième étage ou dans le grenier, mais NOUS ARRIVONS».

A Jacksonville, plus de 60 résidents d'un hôtel ont également été mis à l'abri dans la nuit après l'effondrement d'une partie du toit.

Civils volontaires

A plusieurs centaines de kilomètres au sud, la célèbre station balnéaire de Myrtle Beach, en Caroline du Sud, s'est aussi transformée en ville-fantôme: rues désertes, stations-essence fermées et fenêtres calfeutrées.

Mais là aussi, certains habitants ont ignoré les appels à évacuer la zone. Un couvre-feu a été instauré, comme dans plusieurs autres localités de la côte atlantique. Pour ceux qui n'ont pas voulu ou pu partir, plusieurs centres d'accueil ont été mis en place.

Une équipe de civils volontaires a fait le voyage depuis la Louisiane pour participer aux opérations de secours. «Nous sommes venus pour aider, pour faire dans d'autres régions ce que nous avons appris à faire quand la majorité de l'Etat a été inondé» avec l'ouragan dévastateur Katrina, a expliqué à l'AFP Rob Gaudet, l'un des fondateurs du groupe Cajun Navy.

Selon le service national météorologique (NWS), environ 4,9 millions de personnes devraient subir des précipitations de plus de 25 cm dans les cinq prochains jours.

«L'infrastructure va être endommagée, le courant va être coupé», a mis en garde jeudi le chef de la Fema, Brock Long. Les habitants pourraient rester sans électricité pendant «des jours, voire plusieurs semaines».

En Caroline du Nord, près de 300.000 foyers étaient déjà privés d'électricité. Entre un et trois millions d'usagers pourraient être victimes de coupures de courant dans les deux Etats de Caroline, selon le fournisseur d'électricité local, Duke Energy.

Plus de 1.000 vols ont déjà été annulés en raison de l'ouragan, selon les médias américains.

(afp/cga)

Les commentaires les plus populaires

  • Cecile le 14.09.2018 17:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ouragans, typhons, cyclones... aussi ailleurs dans

    À Hong Kong, nous nous préparons à « accueillir » un super typhon, Mangkhut, le plus fort jamais enregistré, qui a déjà fait des dégâts à Guam et passera samedi aux Philippines avant de poursuivre sur la Chine... et vous nen parlez pas.

  • Mr Cloud le 14.09.2018 17:38 Report dénoncer ce commentaire

    Et ailleurs on s'en balance

    Et pendant ce temps, les Philippines se prennent un super typhon 4 fois plus puissant que ces pauvres américains et tout le monde s'en fout... Ahhh la proportionnalité des média...

  • Hubert le 14.09.2018 17:41 Report dénoncer ce commentaire

    pas solide

    on voit que les arbres résistent mieux aux vents violents que les toitures préfabriquées et trop légères pour ces conditions .

Les derniers commentaires

  • Vincent Nadot le 15.09.2018 02:10 Report dénoncer ce commentaire

    Qui ne veut pas voir est pire qu'aveugle

    Les articles du 20minutes traitant du super typhon Manghut :

  • aziz le 14.09.2018 21:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    normal

    apres que bp est salopé les oceans avec leur petrol, tout comme total avec ses bateaux pourris, la nature se rebelle, mais c est pas cher payé

  • Frank21 le 14.09.2018 19:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bon chance..

    Cher américain, cher climato-sceptique accrochez vous autant que vous avez voté pour votre président, ça sera pas le dernier et il y'aura encore pire. D'ailleurs à l'autre bout de la planète il y'a déjà eu plein de mort par inondations et autres catastrophe mais personnes n'en parle. Médias corrompu..

    • Juste Leblanc le 14.09.2018 20:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Frank21

      Ils ont aussi leur lot de dérèglements, ça fait 5 ans qu il ne pleut plus dans certaines régions de Californie, les feux de forêts gigantesques et autres ouragans et inondations... Mais c est vrais que entre la prise de conscience et les réels changements politiques et économiques .. il y a un monde ..

    • Hubert le 14.09.2018 21:00 Report dénoncer ce commentaire

      apprendre à respecter la nature

      trop de monde sur cette petite planète . Drôle d'idée de construire au bord de la mer !

    • Frank21 le 15.09.2018 02:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Hubert

      Trop de monde je ne sais pas mais trop d'égoïste trop de gens qui pense à leur confort ça oui

  • Juste Leblanc le 14.09.2018 19:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ...

    Florence a fait le plein ...

  • Alain T. le 14.09.2018 17:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tiens bon

    Bp on the Move