élève retrouvé pendu

01 juin 2011 13:01; Act: 01.06.2011 13:30 Print

La thèse accidentelle «quasi-certaine»

L'enfant de 11 ans, retrouvé pendu à dans son école dans le sud de la France jeudi dernier après être resté sans surveillance 45 minutes, est décédé. La thèse de l'accident est privilégié.

Sur ce sujet
Une faute?

Le jeune, retrouvé pendu à un porte-manteau dans son école d'Arles jeudi après être resté sans surveillance 45 minutes, est «décédé dans la nuit», a déclaré mercredi le parquet de Tarascon (Bouches-du-Rhône), pour qui la thèse accidentelle est «quasi-certaine».

«Nous retenons de manière quasi-certaine la thèse de l'accident», a affirmé Christian Pasta, procureur de la République de Tarascon, mercredi lors d'une conférence de presse, après avoir «écarté l'hypothèse du suicide» et «d'emblée exclu l'hypothèse d'un tiers dans la réalisation du drame».

L'enfant de 11 ans «a été exclu dans le couloir à côté de la salle de cours à 09H00. Il a été découvert à 09H45 par l'institutrice et a été vu entre-temps en train de jouer dans le couloir à 09H20 par un professeur. A 09H40, il a été également vu par un élève qui devait rejoindre une salle de classe. Il était assis et était en train de s'amuser tout seul», a détaillé M. Pasta.

Exclu de sa classe

Le garçonnet «a été exclu non pas parce qu'il dissipait le cours, mais parce qu'il n'a pas voulu corriger le devoir», a précisé le magistrat, décrivant un enfant «farceur», «bon élève», «plein de vie, qui n'a jamais manifesté une quelconque intention suicidaire», «sportif» pratiquant «le tennis et la plongée sous-marine».

Il ressort que, «voyant cet élève refuser de faire son travail, l'institutrice lui a dit +puisque tu ne veux pas travailler, va donc dans le couloir faire comme les manteaux qui, eux, ne travaillent pas+», a ajouté le procureur.

Ces propos ont été «confirmés par plusieurs élèves», a-t-il précisé, soulignant que 16 des 30 élèves de la classe de CM2 de l'école André-Benoît-Anne-Franck, dans le quartier Trinquetaille à Arles (Bouches-du-Rhône), avaient été entendus.

«Dans l'hypothèse où cet enfant a tenté d'amuser ses camarades, il suffit de quelques secondes - moins de 15 - pour que, sous une pression des voies respiratoires, on perde connaissance», a-t-il encore expliqué.

Autopsie en cours

Une «remise en place» des événements aura lieu «dans les prochains jours», a-t-il ajouté.

Hospitalisé dans le coma à l'hôpital de la Timone à Marseille, l'enfant avait été déclaré mardi en «mort cérébrale».

«Une autopsie de l'enfant est actuellement en cours et une analyse juridique va se poursuivre pour établir si oui ou non il y a une responsabilité dans cette affaire», selon le procureur.

(afp)