Vidéo de Trump en tueur

15 octobre 2019 13:08; Act: 15.10.2019 13:08 Print

La veuve de McCain a exprimé son «indignation»

Une vidéo mettant en scène le président américain en tueur suscite l'indignation. La veuve du sénateur républicain John McCain est particulièrement touchée.

Sur ce sujet
Une faute?

La révélation de la diffusion, par un groupe pro-Trump, d'une vidéo parodique montrant le président américain tirant sur des journalistes et des opposants politiques a suscité une vague de réactions indignées à travers les Etats-Unis. Le milliardaire n'a pas encore réagi.

Mais sa porte-parole, Stephanie Grisham, a indiqué lundi qu'il n'avait pas encore vu la vidéo mais que, sur la base de tout ce qu'il a entendu, il la condamnait «fermement».
Au-delà de la violence de ces images, les attaques verbales du locataire de la Maison-Blanche envers les journalistes, régulièrement qualifiés d'«ennemis du peuple», donnent à cet incident un relief particulier.
La vidéo a été projetée lors d'une conférence organisée dans un club de golf Trump à Miami, a révélé le New York Times Selon l'organisateur de l'événement, intitulé «American Priority», le clip a été montré dans le cadre d'une «exposition sur les mèmes internet».

Eglise des fake news

Dans une scène tirée du film «Kingsman: Services secrets», comédie d'espionnage britannique de 2015, un homme dont le visage porte en surimpression celui du président américain ouvre le feu sur des personnes dont les visages ont été remplacés par les logos de médias comme CNN, le Washington Post ou NBC.

Le déchaînement de violence se poursuit dans une «église des fake news», où le personnage représentant M. Trump repousse des fidèles et s'attaque au défunt sénateur John McCain, au sénateur Bernie Sanders, l'un de ses rivaux démocrates pour la prochaine présidentielle, ou au sénateur républicain Mitt Romney ainsi qu'à l'ancien président Barack Obama.

La veuve de John McCain a exprimé son «indignation», jugeant que les scènes de cette vidéo violaient «toutes les normes que notre société attend de ses dirigeants et de ses institutions».

L'association des correspondants à la Maison-Blanche (WHCA) a appelé tous les Américains à «condamner cette mise en scène de la violence dirigée vers les journalistes et les opposants politiques du président».

(ats)