France

02 février 2019 22:06; Act: 03.02.2019 07:36 Print

La viande avariée est déjà au menu des restos

Des kilos de viande avariée en provenance de la Pologne ont été «mélangés à des viandes de différentes origines» sur le marché français.

storybild

L'intégralité de la viande polonaise frauduleuse écoulée en France a été localisée, mais une partie des 145 kilogrammes restants ayant déjà été vendue à des consommateurs. (Photo: DR/Twitter)

Sur ce sujet
Une faute?

Plusieurs pays de l'Union européenne s'efforçaient samedi de localiser de la viande de boeuf d'animaux malades en provenance de Pologne pour la détruire et en empêcher la consommation. Près de trois tonnes ont été exportées dans l'Union européenne.

Varsovie affirme que la viande, issue de la mise à mort illégale d'animaux potentiellement malades, révélé par le reportage d'une télévision polonaise, ne présente pas de risque pour la santé des consommateurs.

L'intégralité de la viande polonaise frauduleuse écoulée en France a été localisée, a annoncé samedi le ministère de l'Agriculture, après que les 145 derniers kilogrammes, sur près de 800 en tout, ont été retrouvés, une partie ayant déjà été vendue à des consommateurs.

"Les 145 kilogrammes restants ont été identifiés dans des lots de viande commercialisés par des grossistes, boucheries ou restaurants", a annoncé le ministère. "Une partie de ces lots a pu être retirée du marché."

Vendredi soir, 500 kilogrammes avaient été retrouvés et détruits. Quelque 150 kg avaient déjà été vendus à des consommateurs, en boucherie notamment, et 145 kilos restaient à retrouver, ce qui est maintenant chose faite.

Mélangés à d'autres viandes

"Ce qui est compliqué, c'est que les 145 kilogrammes ont été mélangés à des viandes de différentes origines" par le grossiste qui les a écoulés, a expliqué le ministère. "On ne peut plus les identifier en tant que tels."

L'émotion en France est d'autant plus grande que s'y déroule actuellement le procès des "lasagnes au cheval". Cette fraude-là portait sur 500 tonnes de viande de cheval, achetée notamment en Roumanie via les Pays-Bas et vendue frauduleusement comme étant du boeuf par une entreprise française.

Entreprise fermée en Pologne

Cette fois, ce sont au total 2,7 tonnes de viande polonaise provenant d'un abattoir du village de Kalinowo qui ont été exportées vers 13 pays (Allemagne, Finlande, Hongrie, Estonie, Roumanie, Suède, France, Espagne, Lettonie, Lituanie, Portugal, Slovaquie et la République Tchèque), selon la Commission européenne.

Une équipe d'experts européens se rendra en Pologne du 4 au 8 février pour évaluer la situation sur place. Varsovie a fermé l'entreprise concernée.

Achat de vaches malades

L'affaire a été révélée par la chaîne de télévision privée TVN24. Un de ses journalistes s'est fait embaucher par le petit abattoir dans la région d'Ostrow Mazowiecka, dans le nord-est de la Pologne. Son enquête a révélé que des marchands proposaient par petites annonces d'acheter des vaches malades, pour un prix très inférieur à celui des animaux sains.

Des images filmées par TVN24 ont révélé que des vaches paraissant très affaiblies étaient tuées de nuit dans l'abattoir en question, échappant ainsi aux contrôles vétérinaires officiels effectués de jour.

Animaux traînés

La Commission européenne, alertée par les autorités polonaises, n'a pas exprimé de jugement sur la qualité de la viande suspecte. Elle a rappelé que "la pratique de traîner les animaux incapables de marcher, comme cela est décrit (dans le reportage polonais), est interdite par la législation de l'UE sur la protection des animaux dans les abattoirs".

Le ministre polonais de l'Agriculture Jan Krzysztof Ardanowski a déclaré vendredi qu'une enquête policière avait été ouverte "sur les propriétaires de l'abattoir et tous ceux qui ont participé à ce procédé".

Pour la Pologne, les conséquences de l'affaire peuvent être lourdes. Entre 80% et 90% de la production polonaise de viande de boeuf sont exportés, surtout vers l'UE, mais aussi vers des pays tiers. En 2018, la totalité des exportations polonaises de boeuf a atteint environ 415'000 tonnes.

(nxp/afp)