Steaks hachés suspects

16 juin 2011 07:04; Act: 16.06.2011 13:22 Print

La viande vient d'Allemagne et du Bénélux

Six enfants ont été hospitalisés mardi en France pour une infection potentiellement grave, parfois appelée maladie du hamburger et provoquée par la bactérie Escherichia coli.

storybild

Les enfants ont été admis au centre hospitalier de Lille. (Photo: AFP)

Une faute?

Six enfants étaient hospitalisés jeudi à Lille après avoir consommé des steaks hachés surgelés, pour une infection alimentaire liée à un type rare de bactérie E.coli. La viande suspecte vient d'Allemagne mais n'aurait aucun lien avec l'épidémie qui sévit outre-Rhin.

L'état des enfants «reste sérieux, mais pas préoccupant. Leur pronostic vital n'est absolument pas engagé», a déclaré à l'AFP une porte-parole de l'Agence régionale de santé (ARS). Selon l'ARS, trois des six enfants étaient jeudi matin «sous dialyse».

Ces enfants sont hospitalisés depuis mercredi après avoir été victimes de «diarrhées sanglantes importantes» apparemment liées à la consommation de steaks hachés surgelés de marque «Steaks Country» vendus dans des magasins Lidl, géant allemand du discount.

Les six enfants hospitalisés, dont le plus jeune est âgé de 20 mois, sont originaires de différentes villes du nord de la France et n'ont pas de lien entre eux, outre le fait d'avoir consommé le même type de steaks hachés. Un septième, hospitalisé mercredi, a pu rentrer chez lui dans la soirée.

Viande allemande

«La viande suspecte provient d'Allemagne. Elle a été abattue là- bas, avant d'être importée en France dans notre société», a expliqué Guy Lamorlette, le PDG de la Société Economique Bragarde (SEB), productrice des steaks soupçonnés.

M. Lamorlette n'a pas pu préciser dans quelle région d'Allemagne la viande a été abattue. Il a déclaré que la viande traitée dans sa société arrivait sous forme de carcasse, avant d'être désossée, découpée et hachée pour être transformée en steaks.

Selon lui, «rien ne permet d'établir un quelconque lien avec l'épidémie qui a sévi en Allemagne». Un avis partagé par l'ARS. «Cette infection à Escherichia coli ne présente aucun lien, à ce jour, avec l'épidémie récemment survenue en Allemagne», qui a fait 37 tués dans ce pays et 38 en tout en Europe, a souligné l'ARS.

La SEB, basée à Saint-Dizier (est), a annoncé le rappel de tous les lots suspects après une demande des autorités sanitaires. Les autorités recommandent aux personnes ayant acheté ces steaks «de ne pas les consommer et de les rapporter au point de vente».

La filale française de Lidl a de son côté indiqué avoir retiré de la vente les steaks hachés incriminés, soulignant que «la sécurité et la santé de nos clients est notre priorité».

La société incriminée se défend

Le PDG de SEB a par ailleurs mis en doute le fait que les steaks soient à l'origine de la contamination. «Sur les sept enfants contaminés, au moins l'un d'entre eux a déclaré ne pas avoir consommé de steaks hachés, cela pose quand même question», a-t-il déclaré.

«Je ne dis pas que c'est faux (que la contamination provienne des lots de steaks), juste que à l'heure actuelle, rien n'est confirmé. Ca fait partie des possibilités, c'est tout. Il faut attendre les résultats de l'enquête avant de se prononcer», a souligné M. Lamorlette.

«Tous les lots que nous mettons sur le marché subissent des analyses très strictes», a assuré le dirigeant. Selon lui, «comme la logistique au niveau des magasins est en général bien maîtrisée, la contamination pourrait tout aussi bien provenir d'une négligence de la part des consommateurs», comme «une rupture de la chaîne du froid» ou une cuisson insuffisantte de la viande.

(ats)