France

09 janvier 2019 19:06; Act: 10.01.2019 07:55 Print

La vidéo de Le Pen que sa fille a fait disparaître

Dans un documentaire, on apprend qu'en 2015, Florian Philippot et Marine Le Pen ont intentionnellement fait planter le site du parti pour éviter des ennuis.

Sur ce sujet
Une faute?

La relation complexe qu'entretient Marine Le Pen avec son père fait l'objet d'un documentaire qui sera diffusé le 14 janvier sur BFMTV. Dans ce long format intitulé «Le Pen: secrets, pardons et trahisons», Florian Philippot se laisse aller à quelques confidences. L'ex-vice président du Front national revient notamment sur un épisode remontant à 2015, qui met en évidence les dissensions idéologiques entre Jean-Marie Le Pen et sa fille.

L'adversaire de Jacques Chirac lors de présidentielle française de 2002 avait pour habitude d'enregistrer une vidéo qui était ensuite diffusée, à un rythme hebdomadaire, sur le site internet du FN. Horrifié par les propos que l'octogénaire y tenait, Florian Philippot a prévenu la présidente du parti. «Personne n'avait osé aller le voir pour lui dire 'on est obligés de couper ça, d'abord parce que c'est politiquement insupportable, et même pour vous, pour vous empêcher des procès'», raconte l'actuel président des Patriotes.

«On était que deux à le savoir»

Afin d'éviter des remous, Marine Le Pen et son bras droit ont alors monté un «stratagème» pour faire disparaître ces images compromettantes. «Cette vidéo ne sera jamais mise en ligne car le site va planter», a glissé Philippot à Marine Le Pen. Les deux complices ont effectivement fait en sorte que le site internet du parti soit hors service pendant trois jours. «C'était nous-mêmes qui l'avions planté. On était que deux à le savoir, Marine Le Pen et moi», se souvient Philippot.

Contrarié par ce contretemps, Jean-Marie Le Pen n'a pas été très convaincu par l'explication fournie par les deux acolytes. Le nonagénaire a tout de même fini par renoncer. «On lui a dit 'non non on a perdu la vidéo, désolé'. Et comme il n'a pas eu le courage de la retourner, on était sauvés pour une semaine», conclut l'ex-vice-président du parti.

(joc)