Sud-Soudan

01 juillet 2014 11:06; Act: 01.07.2014 12:21 Print

La violence a atteint une ampleur «terrifiante»

Une animosité jamais vue depuis des décennies est constatée au Soudan du Sud où la guerre civile s'accompagne de l'exécution de patients dans les hôpitaux, selon Médecins sans frontières (MSF).

storybild

(Photo: Keystone/AP/Matthew Abbott)

Sur ce sujet
Une faute?

«Le conflit a, à certains moments, vu des niveaux terrifiants de violence, notamment contre les infrastructures de santé», a déclaré Raphael Gorgeu, chef de mission pour l'ONG dans le pays.

«Des patients ont été tués dans leur lit et des unités de secours médical ont été entièrement détruites par les flammes. Ces attaques ont des conséquences considérables pour des centaines de milliers de personnes qui se trouvent coupées de tous services médicaux», indique MSF.

Des milliers de personnes ont été tuées et plus d'un million et demi ont été déplacées depuis que la guerre a éclaté à la mi-décembre 2013 dans le plus jeune Etat du monde. Selon MSF, au moins 58 personnes ont été tuées dans l'enceinte de quatre hôpitaux durant les derniers mois.

Une situation grave

«Les violences perpétrées contre les blessés et les malades, contre ceux qui cherchent un refuge dans les hôpitaux et contre les infrastructures médicales elles-mêmes, ne sont pas seulement des violations des lois internationales et des principes humanitaires, mais un affront à la dignité humaine», a affirmé l'organisation.

La situation n'a jamais été aussi grave, même durant les deux décennies de guerre qui ont conduit en 2011 à l'indépendance du Soudan du Sud, a-t-elle assuré.

Les combats entre l'armée loyale au président Salva Kiir et les troupes du chef rebelle Riek Machar ont été émaillés d'atrocités dans le pays qui, selon des agences humanitaires, est désormais au bord de la famine. Le choléra a déjà fait une cinquantaine de morts.

Les belligérants ont conclu le 10 juin un troisième accord de cessez-le-feu et se sont engagés à former un gouvernement de transition dans les 60 jours. Les discussions de paix sont à l'arrêt et les combats continuent.

(ats)