Téhéran

08 mars 2011 21:30; Act: 08.03.2011 21:44 Print

Lacrymogènes tirés sur des manifestants

Les forces de sécurité ont tiré mardi des gaz lacrymogènes sur des opposants qui tentaient de manifester contre le gouvernement à Téhéran, a rapporté le site d'opposition Kaleme.com.

Une faute?

Des sites d'opposition avaient appelé à une manifestation le 8 mars à l'occasion de la journée internationale de la femme pour demander la «libération» des leaders de l'opposition, Mir Hossein Moussavi et Mehdi Karoubi, et de leurs épouses.

Mais avant de faire état de la manifestation, le site de Kaleme.com a indiqué que M. Moussavi et sa femme Zahra Rahnevard se trouvaient à leur domicile et n'avaient pas été emprisonnés, présentant ses «excuses» pour avoir affirmé le contraire la semaine dernière.

Selon Kaleme.com, «les forces de sécurité ont bloqué les routes menant à la place Enghelab (révolution) dans le centre de Téhéran et tiré des gaz lacrymogènes sur les manifestants qui tentaient de protester contre le gouvernement».

Les autorités ont interdit aux médias étrangers de couvrir tout rassemblement non autorisé de l'opposition dont les leaders sont dans le collimateur du pouvoir.

MM. Moussavi et Karoubi, principales figures de l'opposition réformatrice depuis la réélection contestée du président Mahmoud Ahmadinejad en 2009, se trouvent en résidence surveillée et à l'isolement à leur domicile depuis la mi-février.

Qualifiés officiellement de «traîtres» et de «contre- révolutionnaires», MM. Moussavi et Karoubi ont été placés en résidence surveillée après un appel à une reprise des manifestations antigouvernementales - interdites par le pouvoir - qui avaient cessé depuis un an.

(ats)