France

05 mars 2019 15:01; Act: 05.03.2019 19:25 Print

Lafarge en Syrie: un chef d'inculpation tombe

L'ancien directeur général de LafargeHolcim, Eric Olsen, n'est plus mis en examen pour «financement d'une entreprise terroriste».

storybild

Eric Olsen. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L'ancien directeur général de LafargeHolcim, Eric Olsen, a obtenu la levée de sa mise en examen pour «financement d'une entreprise terroriste» dans l'enquête sur les activités du cimentier en Syrie, a-t-il annoncé mardi dans un communiqué. M. Olsen, préalablement directeur général adjoint du groupe français Lafarge, avait été mis en examen en décembre 2017.

L'ancien directeur général du numéro un mondial du ciment reste cependant mis en examen pour «mise en danger de la vie d'autrui». «Cette décision lave mon honneur et va me permettre de reprendre le fil de ma carrière. (...) Cette levée de mise en examen, en cours d'instruction, est une décision de justice particulièrement rare», s'est félicité Eric Olsen, cité dans le communiqué.

Selon une source proche du dossier, il conteste également son autre mise en examen, affirmant n'avoir commis aucune infraction car il n'avait aucun pouvoir de décision sur la région concernée au moment des faits. Au fil de l'enquête, huit anciens cadres ou dirigeants, dont l'ex-directeur général de Lafarge Bruno Lafont, ont été mis en examen pour «financement d'une entreprise terroriste» et/ou «mise en danger de la vie» de salariés.

Deux intermédiaires locaux au coeur de l'affaire, Amro Taleb et Firas Tlass, sont par ailleurs visés par un mandat d'arrêt. Lafarge a été mis en examen en juin pour «financement d'une entreprise terroriste» et «complicité de crimes contre l'humanité».

Requête en nullité

Le groupe, qui a saisi la cour d'appel de Paris d'une requête en nullité pour contester sa mise en examen, est soupçonné d'avoir déboursé via sa filiale LCS près de 13 millions d'euros entre 2011 et 2015 auprès d'intermédiaires et de groupes armés, dont l'organisation Etat islamique, pour maintenir la production dans son usine de Jalabiya, alors que le pays s'enfonçait dans la guerre.

L'enquête soulève des questions sur ce que savaient ou non les autorités françaises sur les agissements de Lafarge, qui a fusionné en 2015 avec le suisse Holcim, et si la diplomatie a ou non laissé faire, voire encouragé le cimentier à maintenir ses activités en Syrie.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Ze le 05.03.2019 21:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Gg

    Mais sérieux? Là on se moque de nous, en taule!!!!

  • Gaspard le 05.03.2019 20:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le fric

    Laver mon honneur mais il est où ? Quand on connait l'histoire..

  • Juste Leblanc le 05.03.2019 20:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bons avocats

    Il s' en sort car il a un dossier en béton .. si on ose dire ..

Les derniers commentaires

  • Ahtuvera Tuvera le 06.03.2019 09:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Racket régalien

    C'était ridicule, tous se font rançonner en zone de guerre et l'impôt est levé par le pouvoir de vie ou de mort en place, alors tant que il y a du blé, on fait son pain et on fait bosser le commis et comme il y a pas de banques pas de magasins, on lui donne aussi du pain. Puis, quand il tuent le boulanger qui n'est pas dans le bon camp, il n'y a plus de pain et plus de justice, mais heureusement qu'ici, la justice a encore un peu de bon sens.

  • Ze le 05.03.2019 21:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Gg

    Mais sérieux? Là on se moque de nous, en taule!!!!

  • Gaspard le 05.03.2019 20:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le fric

    Laver mon honneur mais il est où ? Quand on connait l'histoire..

  • Juste Leblanc le 05.03.2019 20:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bons avocats

    Il s' en sort car il a un dossier en béton .. si on ose dire ..