Pakistan

05 juillet 2014 16:38; Act: 05.07.2014 17:05 Print

Lapidation d'une femme enceinte: cinq inculpés

Cinq hommes devront rendre des comptes à la justice pakistanaise pour avoir lapidé une femme enceinte, en mai.

Sur ce sujet
Une faute?

Un tribunal pakistanais a inculpé samedi cinq hommes pour la lapidation d'une jeune femme enceinte qui s'était mariée sans l'accord de sa famille. Parmi les prévenus, figurent le père et deux frères et un cousin de la victime.

Les cinq inculpés sont accusés de «meurtre, torture et terrorisme», a indiqué Mian Zulfiqar, un policier enquêtant sur l'affaire. Des témoins ont été appelés pour enregistrer leurs dépositions lundi devant le tribunal, a-t-il ajouté.

Farzana Parveen, 25 ans, avait été battue à mort en mai dernier à coups de briques par une trentaine de personnes, à l'entrée du tribunal de Lahore (est). Elle avait déclenché la colère de sa famille en se mariant contre son avis avec l'homme qu'elle aimait.

Elle s'apprêtait ce jour-là à témoigner devant la justice contre ses proches qui avaient accusé son mari de l'avoir «kidnappée». Le meurtre de cette femme enceinte de trois mois, devant des policiers impassibles, a suscité une vague d'indignation dans le pays et à l'étranger.

Lois «du sang»

Les Etats-Unis avaient qualifié le crime d'«abominable» et le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif avait exigé des mesures immédiates pour capturer les assassins. Des centaines de femmes sont tuées chaque année au Pakistan par des proches qui prétendent défendre «l'honneur» de leurs familles.

Mais des lois dites «du sang» permettent à la famille de la victime de pardonner au meurtrier. Cela qui rend difficile la poursuite en justice de ces affaires «d'honneur», car bien souvent le coupable est un proche.

(ats/afp)