Carnet noir

26 juillet 2018 22:37; Act: 26.07.2018 22:39 Print

Le «Mandela du Kosovo» est mort

Le défenseur des droits humains Adem Demaçi est décédé à l'âge de 82 ans.

storybild

Adem Demaçi, Prix Sakharov 1991 et prisonnier politique pendant 28 ans, était le symbole kosovar de la résistance. (Photo: DR/twitter)

Une faute?

Adem Demaçi, qui avait croupi 28 ans dans les prisons de la Yougoslavie de Tito pour avoir lutté contre la discrimination de la minorité albanaise, s'est éteint.

Pour les Albanais de souche, largement majoritaires au Kosovo, Adem Demaçi était le symbole de la lutte, au temps de la Yougoslavie puis de la Serbie, pour la conquête de droits puis pour l'indépendance.

«Il est difficile d'accepter que le symbole de notre résistance se soit éteint. Il est toujours resté inflexible, quels que soient les défis», a écrit sur Facebook le président kosovar, Hashim Thaçi, qui dirigea naguère la branche politique de l'UÇK, unité armée en lutte contre le pouvoir serbe.

Deuil national

Le président a décrété un deuil national de trois jours.

Après avoir été libéré de prison en 1990, Adem Demaçi se consacra à un rôle de défenseur des droits humains, signalant les abus perpétrés sous le régime du président serbe Slobodan Milosevic. Le parlement européen lui décerna en 1991 le prix Andreï Sakharov pour son travail en faveur des droits humains.

Le Kosovo a proclamé en 2008 son indépendance, qui est reconnue par 115 pays, dont 23 des 28 Etats membres de l'Union européenne et la Suisse. En revanche, son appartenance à l'ONU est toujours bloquée par la Russie et la Chine, diplomatiquement proches de Belgrade.

(nxp/ats)