Retrait de Benjamin Griveaux

14 février 2020 16:53; Act: 14.02.2020 16:53 Print

Le «Suisse» qui a relayé la vidéo au coeur du scandale

Élu de la circonscription des Français établis en Suisse et au Liechtenstein, Joachim Son-Forget a relayé les vidéos intimes attribuées à Benjamin Griveaux. Il se défend.

Sur ce sujet
Une faute?

Accusé d'avoir participé à la diffusion des vidéos intimes de Benjamin Griveaux, le député (ex-La République En Marche) Joachim Son-Forget affirme qu'il s'agissait de «le prévenir». Jeudi soir, il a partagé sur son compte Twitter le lien d'un site Internet renvoyant vers l'article dévoilant des images intimes volées de Benjamin Griveaux, poussant ce dernier à renoncer à sa candidature aux municipales à Paris ce vendredi matin.

Le député a accompagné son post d'un message: «J'espère que ces vidéos sexuelles affligeantes incriminant Benjamin Griveaux et une jeune femme seront démenties par l'intéressé et son équipe, car une telle diffamation serait extrêmement grave dans la campagne pour Paris».

Joachim Son-Forget l'assure, il n'a «jamais voulu faire de mal» à Benjamin Griveaux, c'est même «l'inverse». Député des Français vivant en Suisse et au Lichtenstein, cet ancien adhérent à En marche a relayé dès jeudi le lien d’un article dans lequel on peut voir les vidéos intimes attribuées au candidat LREM à la mairie de Paris, qui a fini par annoncer son retrait vendredi matin.


Invité de Cnews vendredi, Joachim Son-Forget s'est défendu d’avoir voulu nuire au désormais ex-prétendant à la mairie de Paris, à qui il assure avoir envoyé un message de soutien. «J'ai publié un lien vers le site en disant que ce site était scandaleux. Les faux-culs ce sont ceux qui font tourner les messages chez les proches de Griveaux depuis deux jours», assure-t-il. «Je n'ai jamais relayé de vidéo. J'ai relayé un lien vers un site qui pointait vers un article contenant deux vidéos, et dont j'ai obtenu l'adresse entre autres depuis un autre tweet, afin de dénoncer les méthodes employées et de protéger les victimes de lynchage», s'est aussi défendu l'élu dans un autre tweet vendredi.

(20 minutes)