Paris

04 janvier 2016 09:15; Act: 04.01.2016 11:37 Print

Le «héros» de l'Hyper Cacher raconte son histoire

La nouvelle vie de Lassana Bathily, sans-papiers malien naturalisé français par la suite, est narrée dans son livre.

storybild

Lassana Bathily est devenu un symbole à la suite des attentats de janvier à Paris. (Photo: AFP/Archives)

Sur ce sujet
Une faute?

Jadis sans-papiers malien fuyant les contrôles de police, Lassana Bathily, 25 ans, est depuis un an le «héros» de l'Hyper Cacher, devant qui on déroule le tapis rouge. Une nouvelle vie qu'il raconte dans un livre publié mercredi.

«Ah, voilà mon Français préféré!» C'est en ces mots que François Hollande a accueilli à l'Elysée un Lassana Bathily plutôt gêné, le 25 janvier 2015.

«Je ne suis pas un héros», proteste depuis le jeune homme au regard doux, en écho au titre de son livre publié par les Editions Flammarion un an presque jour pour jour après l'attaque.

«Mon coeur battait si fort»

C'était un vendredi, à quelques minutes de la fin de son service. Lassana Bathily, manutentionnaire, rangeait des cartons de surgelés au sous-sol du supermarché casher, quand il entend des tirs et voit une quinzaine de personnes débouler.

En haut, un jihadiste, Amédy Coulibaly, a pris en otage des clients et ordonne à une caissière d'aller chercher ceux restés en bas. Une partie remonte, l'autre refuse. Lassana Bathily leur propose d'utiliser le monte-charge pour gagner l'issue de secours.

Personne n'ose le suivre. Alors Lassana Bathily éteint la lumière et le moteur du congélateur où se réfugie le groupe. Et prend seul le monte-charge. «Mon coeur battait si fort que j'avais peur qu'on l'entende.» Il parvient à s'enfuir et aidera la police, en dessinant les plans du magasin.

Nationalité française

Le soir, il est interviewé par une équipe de télévision puis rejoint son foyer de jeunes travailleurs. «Le matin, je me suis connecté sur Facebook, 800 personnes m'avaient rajouté comme ami. Mon téléphone n'arrêtait pas de sonner. Je me suis dit: «Mais qu'est-ce qu'il m'arrive?»

Quelques jours plus tard, flottant dans un costume neuf, il obtient la nationalité française, dont il rêvait «depuis (son) enfance». Puis rentre auréolé de gloire au Mali, d'où il était parti à 16 ans pour tenter sa chance à Paris.

Le président Ibrahim Boubacar Keïta félicite son compatriote: tandis qu'Amédy Coulibaly, aussi d'origine malienne, avait «jeté le drapeau malien par terre, tu l'as redressé».

Désapprobation

Depuis, le «blédard» a multiplié voyages et distinctions. Le monde entier encense ce jeune musulman au fin collier de barbe qui avait l'habitude de prier dans le sous-sol de l'Hyper Cacher et y a ce jour-là sauvé des juifs.

Certains otages grincent des dents. «A aucun moment, au sous-sol, je n'ai vu Lassana Bathily accomplir un acte héroïque», écrit Yohann Dorai, expliquant avoir lui-même coupé les fils du moteur du congélateur où il était réfugié.

Yohann Dorai dédie son livre, «Hyper Caché» (Ed. du Moment), à Yohav Hattab, étudiant de 22 ans tué par Coulibaly en tentant de s'emparer d'une de ses armes.

Pour le parrain républicain du jeune Malien, Denis Mercier, qui le suit depuis le lycée, «Lassi» n'est pas un héros mais «un gamin de 25 ans qui a fait un truc bien et tant mieux».

Retour à la vie normale

Le 9 janvier, Lassana Bathily a perdu son «pote» et collègue Yohan Cohen, qu'il appelait «Boss-Boss», tué comme trois autres personnes par Coulibaly. Deux jours plus tard, il apprenait aussi le décès de son petit frère de 19 ans, Boubakar, malade depuis longtemps.

Le tourbillon médiatique s'est estompé, Lassana Bathily a quitté son foyer de jeunes travailleurs pour un logement social et abandonné son job à l'Hyper Cacher pour un emploi à la mairie de Paris.

Mais quelques mois plus tard, la mort s'est rappelée à son souvenir. Le soir du 13 novembre, «je n'étais pas loin du Bataclan». Comprenant que les attentats recommençaient, «j'ai couru, comme tout le monde».

Pas peur

Le vendredi suivant, une autre attaque frappait l'hôtel Radisson Blu de Bamako, où il avait séjourné.

Son parrain républicain redoute parfois «qu'il soit pris pour cible, que les terroristes se disent: «Le petit héros musulman, on va lui faire sa fête.»

Lassana Bathily, lui, n'a «pas peur». Il poursuit ses cours de français et a créé une association humanitaire à son nom: «Il faut qu'on soit solidaires, qu'on reste unis.»

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jean Nettroy le 04.01.2016 11:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Attendez...

    ... n'oubliez pas que ceux qui empochent le plus sur un livre ne sont pas les auteur(e)s. C'est un héros, il a sauvé des vies, mais on veut faire du beurre sur son dos. Tant mieux s'il en profite un peu! Pour les mécontents, qu'ont fait les glaireux de la téléréalité pour mériter flashes et paillettes?

  • shadow le 04.01.2016 11:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    y a pas de mal

    Si son histoire intéresse des gens, il a le droit d'écrire un livre et de gagner un peu d'argent avec, qu'il soit un héros ou pas. C'est un peu le principe de tous les bouquins. Ça nous remet moins en question d'admirer un personnage virtuel avec un sabre laser...

  • Walker le 04.01.2016 11:00 Report dénoncer ce commentaire

    Oui un Héro!

    Faut vous calmer les rageux. Oui il a accompli un acte héroïque, et écrire le livre est tout à fait compréhensible (ça c'est toujours fait dans ce genre de situation). Un grand bravo à lui et à tous les gens de bonne volontée qui rendent notre monde meilleur. Que se soit en portant les courses d'une voisine agée ou en sauvant des vies

Les derniers commentaires

  • Didy le 04.01.2016 17:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Nos héros

    C'est Batman ou Blackman

  • Didy le 04.01.2016 17:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Papiers et boulot. Merci

    Au moins un heureux dans cette triste affaire. Le héros a eu la nationalité française offerte directement est en job d'écrivain. Cool

  • Didy le 04.01.2016 17:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Traductions

    Il sera traduit en arabe ce livre ?

  • Didy le 04.01.2016 17:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Editions

    L'éditeur doit se frotter les mains

  • iksdai le 04.01.2016 14:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    n1mp

    Argent , argent .. Il aurait pu faire un blog gratuit et disponible à tout le monde si il se préoccupait de raconter son histoire, j'adhère pas du tout, un peu de respect svp.