Palestine

12 février 2011 20:32; Act: 12.02.2011 20:49 Print

Le Hamas contre la tenue d’élections

Des élections présidentielles et législatives seront organisées dans les Territoires palestiniens d'ici septembre, a annoncé samedi un conseiller du président palestinien Mahmoud Abbas.

Une faute?

Le Hamas au pouvoir dans la Bande de Gaza a fait part de son refus de participer au scrutin.

Yasser Abed Rabbo, un des conseillers de M. Abbas, a annoncé ces élections au cours d'une conférence de presse à Ramallah, sans donner de précisions sur leur date exacte, mais en expliquant que l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) avait déjà entamé les préparatifs.

«Nous appelons toutes les parties (palestiniennes) à mettre leurs divergences de côté et se concentrer sur la tenue d'élections d'ici septembre», a-t-il déclaré.

Des élections auraient dû avoir lieu l'année dernière, mais ont été reportées en raison de la scission des Territoires palestiniens, depuis que la Bande de Gaza est tombée en 2007 aux mains du Mouvement de la résistance islamique (Hamas), rival du gouvernement Fatah de Mahmoud Abbas qui tient toujours la Cisjordanie.

«Le Hamas ne participera pas à cette élection, ne la reconnaîtra pas et ne lui apportera aucun soutien», a commenté samedi un porte-parole du mouvement islamiste, Faouzi Barhoum, après l'annonce de Yasser Abded Rabbo. Des élections, selon M. Barhoum, «ne peuvent intervenir qu'après une réconciliation» entre les deux factions palestiniennes, a-t-il dit.

Dans le même temps, Saeb Erekat, principal négociateur palestinien, en charge des négociations avec Israël depuis de longues années, a annoncé sa démission.

Une décision qui intervient après l'affaire des fuites sur les négociations avec Israël, dont la chaîne de télévision qatarie Al-Jazira est à l'origine. Erekat a dit démissionner car les fuites provenaient de ses services.

Al-Jazira a commencé à diffuser des informations provenant de plus de 1.600 documents relatifs aux pourparlers, qui selon la chaîne panarabe montrent que les négociateurs palestiniens auraient fait en 2008 d'importantes concessions aux Israéliens sur les questions sensibles des frontières définitives, de Jérusalem et du droit au retour.

Début février, semblant réagir par peur de voir les exemples tunisien et égyptien gagner du terrain, l'Autorité palestinienne avait annoncé pour début juillet l'organisation d'élections municipales en Cisjordanie.

Le gouvernement de Ramallah n'a pas organisé d'élections depuis 2006, le président et les membres du Parlement étant restés en fonctions après l'expiration normale de leurs mandats.

Le mandat présidentiel de quatre ans d'Abbas est arrivé à expiration en 2009, mais a depuis été prolongé indéfiniment. Celui du parlement a expiré en 2010, mais il est toujours en place.

Le président Mahmoud Abbas a annulé des élections locales en Cisjordanie en 2009, car son mouvement, le Fatah, risquait de perdre un nombre important de sièges cruciaux.

(ap)