François Hollande

08 mai 2012 07:43; Act: 08.05.2012 07:56 Print

Le Japon demande des garanties

Le ministre japonais des Finances, Jun Azumi, a demandé mardi au président élu, François Hollande, de respecter les engagements pris par la France en matière de maîtrise du déficit public.

storybild

Le ministre japonais des Finances Jun Azumi craint que M. Hollande n'engage des dépenses excessives. (Photo: Reuters)

Sur ce sujet
Une faute?

«Nous voulons qu'il fasse ce qui a été décidé jusqu'à présent, et j'aimerais le leur dire si j'en ai l'occasion», a expliqué M. Azumi lors d'une conférence de presse.

Le Japon, important partenaire commercial de l'Union européenne et grand acheteur d'obligations du fonds de soutien de la zone euro, craint que M. Hollande n'engage des dépenses excessives afin de relancer la croissance.

Lundi, M. Azumi s'était déjà inquiété de nouvelles perturbations sur les marchés après l'élection du candidat socialiste français et la défaite en Grèce des partis pro-européens appliquant le programme d'austérité imposé par les bailleurs de fonds internationaux.

«Il y a un risque que ces changements ne constituent un facteur déstabilisant pour les marchés», avait souligné le ministre nippon.

Reprise fragile

La Bourse de Tokyo a chuté lundi de 2,78% après les défaites des partis au pouvoir en France et en Grèce lors d'élections particulièrement suivies à l'étranger, en raison de la récente crise d'endettement qui a mis la zone euro au bord de l'abîme.

Troisième puissance économique mondiale, le Japon craint qu'une nouvelle aggravation des tensions financières en Europe risque de faire dérailler la croissance mondiale et, partant, la fragile reprise économique observée dans l'archipel 14 mois après le séisme et le tsunami du 11 mars 2011.

Les craintes des investisseurs pour la conjoncture ont aussi pour conséquence d'augmenter l'attractivité du yen, une monnaie considérée comme valeur refuge par temps économique incertain. Or la vigueur record de la devise nippone depuis des mois plombe les comptes des groupes japonais actifs à l'étranger.

(afp)