Affaire Cassez

17 février 2011 22:20; Act: 17.02.2011 22:48 Print

Le Mexique ne souhaite pas l'escalade

Le gouvernement mexicain ne souhaite pas une escalade du conflit diplomatique avec la France au sujet de l'affaire Florence Cassez.

Une faute?

«Nous suivons ponctuellement les réactions de la part du gouvernement français» au sujet de la Française de 36 ans, condamnée à 60 ans de prison pour enlèvements au Mexique, a-t-elle dit devant le Sénat mexicain.

«Mais nous espérons qu'il n'y aura pas besoin de continuer l'escalade», a dit Mme Arana.

Elle a prévenu toutefois que le conflit «irait jusqu'au point où le gouvernement français souhaite qu'il arrive».

Interrogée ensuite sur Radioformula sur la suite des événements autour de l'affaire Cassez, Mme Aranda a répondu : «Il est très difficile de le prédire, parce que nous savons qu'il y a d'autres considérations, qui ne sont pas strictement bilatérales, pour la prise de décisions en France».

La crise diplomatique entre la France et le Mexique a commencé jeudi dernier avec le rejet par un tribunal de Mexico du pourvoi en cassation de Florence Cassez, qui a entamé en décembre sa sixième année de prison.

Le gouvernement français met en question l'ensemble de la procédure judiciaire, entachée selon lui dès le départ, en décembre 2005, par un montage médiatique organisé par la police fédérale et tendant à incriminer la Française, puis par la suite par des témoignages contradictoires.

La décision lundi du président Sarkozy de dédier à Florence Cassez l'année du Mexique en France, lancée officiellement début février, a provoqué le jour-même un retrait du gouvernement mexicain de l'organisation de l'événement.

Toutefois, Mme Aranda avait précisé au même moment à l'AFP que le gouvernement mexicain n'avait «pas encore pris une décision définitive d'annulation». Une telle décision pourrait intervenir si le gouvernement mexicain «constatait que les conditions ne changent pas», avait-elle dit.

(afp)