Sous-continent indien

27 février 2019 10:09; Act: 27.02.2019 11:19 Print

Combats aériens entre l'Inde et le Pakistan

L'Inde et le Pakistan ont chacun perdu un avion de combat lors d'affrontement dans la région disputée du Cachemire.

storybild

Le Pakistan affirme avoir abattu deux appareils indiens et fait prisonnier un pilote. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

La situation escalade au Cachemire. Mercredi, le Pakistan a annoncé avoir abattu deux avions indiens à l'intérieur de son espace aérien. L'Inde a répliqué et a abattu un avion pakistanais au Cachemire, mais perdu un de ses propres avions au cours de l'affrontement.

«L'avion pakistanais a été vu par les troupes au sol tombant du ciel du côté pakistanais. Dans cet affrontement, nous avons malheureusement perdu un Mig-21. Le pilote a disparu au combat. Le Pakistan clame qu'il le détient», a déclaré Raveesh Kumar, porte-parole du ministère des Affaires étrangères indien, lors d'un point presse à New Delhi.

Plus tôt, le Pakistan avait abattu deux avions indiens. L'un est tombé au Cachemire indien et l'autre au Cachemire pakistanais, selon le général Asif Ghafoor.

«En réponse à des frappes de l'armée de l'air pakistanaise ce matin (...) l'armée de l'air indienne a traversé la Ligne de contrôle» qui sert de frontière de facto entre Inde et Pakistan dans la région disputée du Cachemire, indique le général Asif Ghafoor.

«L'armée de l'air pakistanaise a abattu deux avions indiens dans l'espace aérien pakistanais. Un pilote indien a été arrêté à terre par les militaires et deux autres (sont) dans la zone», ajoute-t-il sans plus de détails.

Frappes pakistanaises

Le ministère pakistanais des Affaires étrangères a également indiqué que l'armée de l'air avait mené des frappes «de l'autre côté de la Ligne de contrôle» visant «des cibles non militaires, évitant des pertes humaines et des dommages collatéraux».

«Le seul objectif est de démontrer notre droit, notre volonté et notre capacité d'autodéfense», indique le ministère. «Nous n'avons acune intention d'escalade mais sommes entièrement préparés à le faire si nous sommes forcés à un tel paradigme».

Un haut responsable du gouvernement de l'Etat indien du Jammu-et-Cachemire avait auparavant indiqué que des chasseurs pakistanais avaient brièvement franchi la frontière de facto entre les deux pays au Cachemire et été repoussés par l'armée de l'air indienne.

Mardi, l'Inde avait annoncé avoir procédé à une «frappe préventive» contre un groupe islamiste basé au Pakistan. Selon les autorités indiennes, le Jaish-e-Mohammed, l'un des groupes armés les plus actifs contre les autorités indiennes dans la rébellion séparatiste dans la vallée du Cachemire, préparait de nouveaux attentats suicide en Inde.

Pas la guerre

Le Pakistan «ne veut pas aller vers la guerre» avec l'Inde, a assuré mercredi l'armée peu après avoir affirmé avoir abattu deux avions indiens dans son espace aérien. «Nous voulons rester responsables, nous ne voulons pas d'escalade», a assuré son porte-parole, le général Asif Ghafoor lors d'un point presse.

«Le but était de dire 'nous pouvons tout faire mais nous ne voulons pas le faire au prix de la paix dans cette région'», a-t-il ajouté. «La guerre est un échec de la politique, ce que l'Inde doit comprendre», a-t-il insisté.

L'autorité d'aviation civile du Pakistan a également annoncé la fermeture de son espace aérien jusqu'à nouvel ordre. Un porte-parole de l'armée pakistanaise a précisé que cette décision avait été prise «en raison des circonstances».

Appel à la retenue

La Chine a appelé à nouveau mercredi l'Inde et le Pakistan à la «retenue» et au «dialogue». «Nous avons à coeur que l'Inde et le Pakistan, en tant que pays importants du sous-continent sud-asiatique, puissent entretenir des relations de bon voisinage et amicales», a réagi lors d'un point presse Lu Kang, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

«Nous espérons que l'Inde et le Pakistan feront preuve de retenue, prendront des initiatives propices au dialogue, avanceront l'un vers l'autre et s'efforceront d'assurer durablement paix et stabilité en Asie du Sud.» Pékin, de même que les Etats-Unis et l'Union européenne, avait déjà appelé mardi les deux pays à la retenue.

(nxp/afp)