Irlande

10 mai 2019 10:03; Act: 10.05.2019 10:22 Print

Le Parlement déclare l'urgence climatique

Après le Royaume-Uni, c'est au tour de l'Irlande de se pencher au chevet du climat.

storybild

L'objectif actuel du gouvernement irlandais est une réduction des émissions de gaz à effet de serre d'au moins 80% par rapport à 1990 d'ici 2050. (Photo: Twitter)

Une faute?

Le Parlement irlandais est devenu jeudi soir le second à déclarer «l'urgence climatique», dix jours après le Royaume-Uni. La nouvelle a été accueillie avec enthousiasme par Greta Thunberg, la jeune militante suédoise pour le climat.

Un amendement à un rapport parlementaire pour déclarer «une urgence climatique» et demander au parlement «d'examiner comment (le gouvernement irlandais) peut améliorer sa réponse au problème de la perte de biodiversité» a été approuvé sans vote dans la soirée jeudi.

«Nous avons maintenant l'appui de tous les partis pour déclarer une urgence en matière de climat et de biodiversité», s'est félicitée sur Twitter Hildegarde Naughton, députée du parti au pouvoir Fine Gael (centre-droit) et présidente du comité sur l'action climatique au Parlement. Mais «maintenant, on a besoin d'action», a-t-elle souligné.

«Déclarer une urgence ne veut absolument rien dire à moins que des mesures ne soient prises pour la sauvegarder», a aussi pointé le chef de file du Parti vert, Eamon Ryan, sur la chaîne de télévision publique RTE. «Cela veut dire que le gouvernement devra faire des choses qu'il ne veut pas faire», a-t-il ajouté.

«Qui est le suivant?»

L'objectif actuel du gouvernement irlandais est une réduction des émissions de gaz à effet de serre d'au moins 80% par rapport à 1990 d'ici 2050, selon le site du département pour l'action climatique irlandais.

Au-delà des frontières irlandaises, cette déclaration a été accueillie avec enthousiasme par la jeune militante suédoise Greta Thunberg, devenue figure de la lutte contre le réchauffement climatique. «Super nouvelle en Irlande!! Qui est le suivant?», a-t-elle tweeté.

Elle intervient neuf jours après celle du Parlement britannique, qui a été le premier en mai à le faire, lors d'un vote demandé par l'opposition travailliste et après une large mobilisation du mouvement pour le climat Extinction Rebellion. Ce dernier a mené une série d'actions de blocages dans la capitale britannique en avril.

Début mai, un rapport de la Commission britannique sur le changement climatique (CCC) a recommandé au Royaume-Uni de se fixer «un nouvel objectif ambitieux visant à réduire ses émissions de gaz à effet de serre à zéro d'ici 2050». L'objectif actuel est une diminution de 80% par rapport à 1990 d'ici 2050.

(nxp/ats)