France sondage

08 mars 2011 07:27; Act: 08.03.2011 08:43 Print

Le Pen en tête, peu importe l'opposant

Nicolas Sarkozy serait éliminé dès le premier tour de la présidentielle, devancé par la chef de l'extrême droite française, Marine Le Pen et le socialiste Dominique Strauss-Kahn.

storybild

Marine Le Pen caracole en tête selon les sondages. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Un nouveau sondage Harris Interactive confirme sa précédente enquête, publiée par le quotidien Le Parisien de dimanche, qui donnait pour la première fois la présidente du Front national (FN) en tête au premier tour de la présidentielle dans les intentions de vote.

Cette fois, dans le cas d'une candidature du socialiste Dominique Strauss-Kahn, candidat non déclaré et directeur général du Fonds monétaire international (FMI), c'est le président Nicolas Sarkozy, à son plus bas niveau de popularité depuis 2007, qui serait éliminé du second tour.

Jamais un candidat du Front national, avant Marine Le Pen, n'avait été qualifié au second tour dans des enquêtes d'opinion. Pas même son père Jean-Marie Le Pen, qu'elle a remplacé à la tête du FN en janvier, et qui avait pourtant été qualifié au second tour en 2002.

21 avril à l'envers

Dans le nouveau sondage, Mme Le Pen est créditée de 24% ( 1 par rapport au précédent), suivie de Dominique Strauss-Kahn (23%) et Nicolas Sarkozy (21%).

Il s'agirait alors d'une réédition, mais à l'envers, du 21 avril 2002, quand Jean-Marie Le Pen avait éliminé le candidat socialiste, le Premier ministre Lionel Jospin, pour se retrouver au second tour face au candidat de la droite, le président sortant Jacques Chirac.

Dans l'hypothèse d'une candidature de l'ancien chef du Parti socialiste (PS) François Hollande, Marine Le Pen recueillerait également 24%, mais elle serait suivie alors de Nicolas Sarkozy (21%) et François Hollande (20%).

L'enquête Harris Interactive publiée dimanche donnait déjà la présidente du FN en tête avec 23% des intentions de votes, mais face à Nicolas Sarkozy et à Martine Aubry, l'actuelle patronne du PS, au coude à coude avec 21%.

Ce sondage ne testait donc pas l'hypothèse d'une candidature de François Hollande, ni surtout celle de Dominique Strauss-Kahn, actuel directeur général du Fonds monétaire international (FMI) et donné grand favori.

Elle avait toutefois provoqué un coup de tonnerre dans la classe politique française, la gauche mettant sur le compte de Nicolas Sarkozy cette percée de l'extrême droite. Les socialistes l'ont notamment accusé de l'avoir favorisée en multipliant récemment les références aux racines chrétiennes de la France, tandis que son parti UMP veut lancer un débat sur la laïcité et l'islam.

Le clan du président, dont la cote de popularité est au plus bas depuis sa victoire de 2007, a de son côté relativisé la portée du sondage, mettant justement en cause sa «crédibilité» faute d'avoir testé une candidature de Dominique Strauss-Kahn.

M. Strauss-Kahn ne s'est pas encore prononcé sur son éventuelle candidature. Les socialistes doivent encore choisir leur candidat lors de primaires prévues à l'automne 2011.

Le sondage Harris Interactive de lundi a été réalisé en ligne les 5 et 6 mars 2011 sur un échantillon de 1.347 individus inscrits sur les listes électorales, issus d'un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

(afp)