Doha

30 janvier 2018 18:40; Act: 31.01.2018 13:32 Print

Le Qatar interdit de territoire Tariq Ramadan

Visé par deux plaintes pour viol, l'islamologue suisse est persona non grata dans l'émirat.

storybild

Tariq Ramadan est accusé de deux viols en France, mais n'est pas mis en examen. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Déjà congédié «de commun accord» en novembre 2017 par l'université britannique d'Oxford, Tariq Ramadan pensait peut-être pouvoir focaliser son attention sur son emploi au «Centre de recherche sur la législation islamique et l'éthique» au Qatar, mais l'émirat a interdit l'islamologue d'accès sur son territoire nous apprend «Le Point» mardi.

«La rupture a été brutale. Il a été simplement prié de ne plus mettre les pieds dans le Golfe», a fait savoir un politologue spécialisé dans les pays du Golfe de retour de Doha. Mais selon Antonio Amaniera, responsable du site worldnewsmedia.com dédié au Qatar cela est plus important encore. «Ramadan serait interdit de séjour. On lui a vivement conseillé de ne plus mettre les pieds dans l'émirat pour éviter des gros ennuis». Dans les faits, il se murmure que le Qatar ne souhaiterait plus être représenté à l'étranger par une personne aussi controversée, explique le magazine français. Aucune confirmation officielle n'a par contre été fournie par le pays.

Les plaintes pour viol déposées en France à son encontre, même s'il n'est pas mis en examen à ce jour, ne seraient que la goutte qui a fait déborder le vase, car Tariq Ramadan n'était déjà plus en vogue à Doha. L'islamologue prenait aussi de plus en plus ses distances avec le Qatar, pays qui finançait entièrement sa chaire oxfordienne.

(atk)