Brexit

17 novembre 2019 00:56; Act: 17.11.2019 01:27 Print

Le Sinn Fein veut un referendum

Suite au Brexit, les Républicains nord-irlandais espèrent voir leur rêve d'une Irlande unifiée se réaliser en organisant un referendum.

storybild

«Les jours de la partition (entre les deux Irlandes) sont comptés», a déclaré samedi Mary Lou McDonald, chef du Sinn Fein. (Samedi 16 novembre 2019) (Photo: AFP)

Une faute?

Le bouleversement du Brexit doit être suivi par un référendum sur l'unité irlandaise dans les cinq ans, a affirmé samedi le chef du parti républicain irlandais Sinn Fein.

«Les jours de la partition (entre les deux Irlandes) sont comptés, le changement est dans l'air, le Brexit a tout bouleversé», a déclaré Mary Lou McDonald lors d'une conférence de son parti à Londonderry. «Beaucoup de personnes, pour la première fois, envisagent désormais leur avenir dans une Irlande unifiée», a-t-elle ajouté.

«Au cours des cinq prochaines année, laissons le peuple décider», a-t-elle encore dit, appelant le gouvernement de Dublin à préparer un référendum sur la question de la réunification.

La province d'Irlande du Nord et sa frontière avec l'Irlande ont sérieusement compliqué la donne du Brexit et les négociations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne. L'accord de paix conclu en 1998 a mis fin à 30 ans d'un conflit meurtrier et supprimé pratiquement toute trace visible de la frontière entre l'Irlande du Nord, territoire britannique, et la République d'Irlande au sud.

Bruxelles, Londres et Dublin se sont engagés à préserver cette situation après le Brexit. Mais l'accord sur le Brexit a constamment buté sur le statut de cette frontière dans un Royaume-Uni post Brexit.

Pour le Sinn Fein, partisan de l'unité irlandaise, c'est bien là le signe que cette frontière longue de 500 km, tracée en 1921 après l'indépendance de la République d'Irlande, n'a aucune légitimité. Le Sinn Fein fait campagne en Irlande du Nord en vue des élections législatives du 12 décembre au Royaume-Uni, mais ses élus ont pour politique de ne jamais siéger à Westminster.

(nxp/afp)