Pollution

23 juillet 2019 14:09; Act: 23.07.2019 14:09 Print

Le Sri Lanka renvoie des déchets au Royaume-Uni

Depuis près de deux ans, 111 conteneurs contenant entre autres des déchets biomédicaux ont été abandonnés dans le port de Colombo.

storybild

Les responsables du port se plaignent de la puanteur émanant de ces conteneurs arrivés entre mi-2017.

Une faute?

La douane sri-lankaise a ordonné mardi le renvoi en Grande-Bretagne de 111 conteneurs abandonnés sur le port de Colombo. Ils sont chargés de déchets biomédicaux d'hôpitaux et morgues illégalement importés.

Les responsables du port se plaignent de la puanteur émanant de ces conteneurs arrivés entre mi-2017 et début 2018 et abandonnés sur place par l'importateur sri-lankais, exposés aux éléments. Celui-ci les avait présentés comme transportant des déchets destinés au recyclage.

Or leur cargaison réelle - notamment des organes humains - n'avait pas été déclarée et viole les lois internationales sur le transport de déchets dangereux, selon les autorités sri-lankaises. 241 conteneurs avaient été importés en tout. 130 d'entre eux ont été emmenés dans une zone franche à proximité du port où ils traînent toujours, contaminant l'eau et l'air de la zone.

«Nous prenons une action immédiate pour ordonner la réexportation des 111 conteneurs abandonnés au port», a déclaré à l'AFP Sunil Jayaratne, porte-parole des douanes. «Les 130 autres qui ont déjà été enlevés du port tomberont sous le coup des lois environnementales et autres», a-t-il ajouté, les autorités visant à terme à ce que tous ces conteneurs retournent à leur point de départ.

«Trafic organisé»

L'homme d'affaires sri-lankais qui a importé les conteneurs est passible de poursuites pénales s'il ne les réexporte pas au Royaume-Uni.

Un responsable du ministère des Finances a indiqué que le Sri Lanka interpellera les autorités britanniques, afin de savoir pourquoi elles ont approuvé l'exportation d'une cargaison dangereuse sans vérifier si l'île d'Asie du Sud l'acceptait bien.

«C'est un trafic bien organisé qui dure depuis 2017», a déclaré à l'AFP ce responsable sous couvert d'anonymat, car il n'est pas autorisé à parler à la presse.

La décision sri-lankaise s'inscrit dans un contexte de rebuffade de pays d'Asie fatigués d'être la décharge des grands pays développés. Plusieurs nations d'Asie du Sud-Est ont ainsi renvoyé ces derniers mois des conteneurs vers leur pays d'origine.

(nxp/ats)