Policier présumé ripou

03 octobre 2011 14:41; Act: 03.10.2011 18:01 Print

Le Superflic a été mis en examen

Le numéro deux de la police judiciaire de Lyon, 3e ville de France, a été mis en examen (inculpé) lundi dans le cadre d'une affaire de corruption et de trafic de cannabis.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Le No2 de la police judiciaire de Lyon, Michel Neyret, a été mis en examen lundi par un juge d'instruction parisien, notamment pour «corruption», dans le cadre d'une enquête ouverte en marge d'une affaire de trafic de stupéfiants, a-t-on appris de source judiciaire.

Le policier doit être présenté dans la journée à un juge des libertés et de la détention qui devra statuer sur son éventuelle incarcération provisoire. Le parquet de Paris a pris des réquisitions de mandat de dépôt.

«Il s'est expliqué clairement sur son métier, un métier dont il est très fier», a déclaré son avocate, Me Aurélie Sauvayre, ajoutant que son client était «combatif» et qu'il s'était battu toute sa carrière contre «la criminalité organisée».

Interpellé jeudi dernier

Interpellé jeudi dernier, Michel Neyret a été interrogé durant 96 heures en garde à vue. Une autre personne, Michel Zaragoza, présenté comme proche du milieu lyonnais et interpellée également jeudi, doit être présentée au magistrat instructeur. Sa garde à vue s'est déroulée depuis vendredi aux urgences médico-judiciaire où il a été placé en raison de problèmes de santé.

En mai dernier, le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire pour «trafic d'influence», «corruption passive et active» et «association de malfaiteurs» en marge d'une importante affaire de trafic de stupéfiant dans laquelle apparaissait des policiers.

Cinq autres policiers encore en garde-à-vue

Cinq autres fonctionnaires de police sont encore en garde à vue: le chef de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) de Lyon, celui de l'antenne grenobloise et son adjoint, interpellés vendredi, et deux policiers de la brigade des stupéfiants de Lyon, arrêtés samedi et dimanche, a-t-on précisé de source judiciaire.

Trois d'entre eux pourraient être présentés mardi aux deux juges d'instruction saisis de ce dossier.

L'épouse de M. Neyret ainsi qu'un membre présumé du milieu lyonnais ont été mis en examen samedi. Mme Neyret a été remise en liberté sous contrôle judiciaire, mais pas l'homme dont l'identité n'a pas été dévoilée.

Agé de 55 ans, Michel Neyret est soupçonné d'avoir donné des informations confidentielles sur des opérations policières ou extraites de fichiers à des membres du grand banditisme, selon une source proche de l'enquête. Il est aussi soupçonné d'avoir détourné des scellés pour rémunérer des indicateurs.

(ap)