Tourisme

07 mars 2011 12:28; Act: 07.03.2011 12:35 Print

Le Tibet fermé aux étrangers en mars

Les autorités chinoises ont fermé le Tibet aux touristes étrangers pour le mois de mars, qui marque le troisième anniversaire d'émeutes antichinoises à Lhassa.

storybild

Les célébrations du nouvel an tibétain par des moines bouddhistes en exil, à Dharmsala en Inde. (Photo: Keystone/AP)

Une faute?

«Le bureau du tourisme ne donnera pas de permis aux étrangers pour se rendre au Tibet en mars», a déclaré par téléphone de Lhassa une femme de la Compagnie générale du tourisme du Tibet.

«Vous ne pouvez pas venir en mars et en ce qui concerne avril, nous attendons encore une notification», a-t-elle poursuivi.

D'autres agences de voyage ont confirmé que le Tibet resterait fermé aux voyageurs étrangers en mars, l'une d'entre elles disant que toute demande pour se rendre sur le Toit du monde nécessitait un délai de traitement d'au moins dix jours.

Laissez-passer spécial

Pour se rendre au Tibet, les touristes étrangers doivent habituellement voyager en groupes et obtenir un laissez-passer spécial, en plus du visa chinois.

A la suite des émeutes de 2008, qui avaient provoqué des incendies et des pillages à Lhassa, les étrangers n'ont plus eu le droit se rendre au Tibet pendant plus d'un an.

Dimanche, le secrétaire du Parti communiste chinois pour la région autonome du Tibet, Zhang Qingli, a déclaré que le Tibet était toujours confronté à des «défis très sérieux» dans la lutte contre le séparatisme.

2011, 60e anniversaire de la libération pacifique du Tibet

L'année 2011 marque le 60e anniversaire de la «libération pacifique» du Tibet, selon l'expression consacrée par le régime chinois, par les troupes communistes de Mao Tsé-toung.

Le dalai lama, chef spirituel des Tibétains, vit en exil depuis 1959.

Lundi, M. Zhang a qualifié le dalai lama de «loup portant des habits de moine» et accusé sa «clique» de vouloir séparer le Tibet de la Chine, a rapporté l'agence Chine nouvelle.

Il a accusé le chef spirituel des Tibétains d'avoir fomenté les émeutes de 2008, qui ont fait 18 morts et près de 400 blessés, selon l'agence officielle chinoise.

(afp)