Istanbul

08 février 2019 15:18; Act: 08.02.2019 18:04 Print

Le bilan de l'effondrement de l'immeuble s'alourdit

Un immeuble de huit étages s'est effondré mercredi sur la rive asiatique d'Istanbul. Un nouveau bilan ce vendredi fait état de 15 morts.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Au moins 15 personnes ont été tuées dans l'effondrement mercredi d'un immeuble d'habitation de huit étages à Istanbul, qui met en lumière les dangers liés aux nombreuses constructions illégales dans la ville, selon un nouveau bilan des autorités vendredi.

«Le nombre de ceux qui ont perdu la vie est monté à 15», a déclaré le ministre de la Santé, Fahrettin Koca, cité par les médias, faisant aussi état de 13 blessés dont «sept sont en soins intensifs».

Un précédent bilan fourni plus tôt dans la journée par le ministre de l'Intérieur faisait état de 14 morts.

Situé dans le district de Kartal, sur la rive asiatique d'Istanbul, cet immeuble essentiellement d'habitation comptant 14 appartements s'est effondré mercredi après-midi.

Selon les autorités, 43 personnes sont domiciliées dans l'immeuble.

L'incident illustre une nouvelle fois l'état de fragilité dans lequel se trouvent certains immeubles d'habitation à Istanbul, avec plusieurs effondrements survenus ces dernières années.

Sonnette d'alarme régulièrement tirée

Selon des médias turcs, des rescapés ont déclaré que les murs de l'immeuble étaient lézardés.

Les médias turcs ont souligné que les trois derniers étages de l'immeuble avaient été construits sans autorisation, une pratique relativement courante à Istanbul, une mégalopole tentaculaire de plus de 15 millions d'habitants.

L'effondrement de l'immeuble a ravivé les critiques à l'égard d'une amnistie accordée l'an dernier par le gouvernement aux personnes concernées par ces constructions illégales en hauteur, une mesure jugée électoraliste avant un scrutin municipal en mars prochain.

«Ils ont pardonné, nos concitoyens sont morts», titrait ainsi vendredi le quotidien Cumhuriyet, l'un des rares journaux à ne pas être contrôlés par le pouvoir.

Les ingénieurs et les architectes tirent régulièrement la sonnette d'alarme face aux ajouts illégaux d'étages aux bâtiments qui en fragilisent la structure, mettant en garde contre une catastrophe en cas de séisme.

Un immeuble de quatre étages s'est effondré l'été dernier après des pluies violentes. En janvier 2017, deux personnes sont mortes dans l'effondrement d'un immeuble dans un quartier populaire de la ville.

(nxp/afp)