Turquie

09 février 2019 12:38; Act: 09.02.2019 22:50 Print

Le bilan de l'immeuble effondré monte à 21 morts

Mercredi, un bâtiment d'habitation de huit étages s'est écroulé à Istanbul. Le bilan ne cesse de grimper.

Sur ce sujet
Une faute?

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé samedi à «tirer les leçons» de l'effondrement d'un immeuble d'habitation de huit étages mercredi à Istanbul. Cette catastrophe a fait 21 morts, selon un dernier bilan.

"Nous avons de très nombreuses leçons à tirer de ceci", a déclaré à la presse le chef de l'Etat turc, après s'être rendu sur le lieu du sinistre où les opérations de secours se poursuivaient, trois jours après l'effondrement de cet immeuble dans le district de Kartal sur la rive asiatique d'Istanbul. Le ministre de l'Intérieur, Süleyman Soylu, a déclaré lors d'une conférence de presse télévisée en fin de soirée que le bilan s'élevait à 21 morts et 14 blessés. Le précédent bilan faisait état de 18 morts et 14 blessés. Sur place, des dizaines de membres des équipes de secours s'affairaient, une grue soulevant d'immenses blocs de béton pour dégager les décombres à la recherche de victimes restantes, d'après un correspondant de l'AFP.

Erdogan rencontre des rescapés

Le président s'est également rendu à l'hôpital pour s'entretenir avec les rescapés, puis devait assister aux funérailles des neuf membres d'une même famille qui ont perdu la vie dans l'incident. Selon les médias turcs, cette famille vivait dans des appartements situés aux 5e, 6e et 7e étages de l'immeuble.

Leurs funérailles avaient commencé samedi en fin de matinée, en présence de plusieurs centaines de personnes, selon un correspondant de l'AFP sur place. Les proches endeuillés se tenaient près des cercueils des victimes, pendant que se déroulait la prière. Selon les autorités, 43 personnes sont domiciliées dans l'immeuble, qui comptait 14 appartements.

Etat de fragilité

Ce drame illustre l'état de fragilité dans lequel se trouvent certains immeubles d'habitation à Istanbul, avec plusieurs effondrements survenus ces dernières années. Les médias turcs ont souligné que les trois derniers étages de l'immeuble avaient été construits sans autorisation, une pratique relativement courante à Istanbul, mégalopole tentaculaire de plus de 15 millions d'habitants.

L'effondrement de l'immeuble a ravivé les critiques à l'égard d'une amnistie accordée l'an dernier par le gouvernement aux personnes concernées par ces constructions illégales en hauteur, une mesure jugée électoraliste avant un scrutin municipal en mars prochain.

Les ingénieurs et les architectes tirent régulièrement la sonnette d'alarme face aux ajouts illégaux d'étages aux bâtiments qui en fragilisent la structure, mettant en garde contre une catastrophe en cas de séisme.

(nxp/afp)