Haute-Garonne

30 mars 2011 18:44; Act: 12.03.2019 10:07 Print

Le cadavre retrouvé est celui de la joggeuse

Le corps retrouvé mardi soir à Villematier (Haute-Garonne) est bien celui de Patricia B., la joggeuse de 49 ans disparue le 14 février à Bouloc (Haute-Garonne).

storybild
Sur ce sujet
Une faute?

Le cadavre d'une mère de famille de 49 ans, disparue depuis qu'elle était partie faire un jogging à l'aube du 14 février dans le sud-ouest de la France, a été retrouvé en rase campagne et identifié, a indiqué mercredi le procureur de Toulouse.

Le 14 février, Patricia B., avait quitté sa maison de Bouloc vers 04H30 pour faire son jogging quotidien dans les environs du village et n'a plus jamais donné signe de vie.

Son corps a été retrouvé mardi soir par un chasseur cherchant son chien. Il était soigneusement dissimulé dans une canalisation d'évacuation des eaux à deux kilomètres de Villematier, village de 900 habitants situé au nord de Bouloc, d'après une source proche de l'enquête.

«On peut dire que c'est le corps de Patricia B. avec certitude», a déclaré mercredi le procureur de Toulouse Michel Valet lors d'une conférence de presse.

Morceau de boucle d'oreille et chaussures

Le mari a pu authentifier l'alliance retrouvée sur le cadavre de Mme B., un morceau de boucle d'oreille et des chaussures.

Mercredi, les techniciens de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) avaient procédé à différents prélèvements dans le secteur.

Le lendemain de la disparition, les gendarmes avaient retrouvé des traces abondantes de sang de Patricia B., secrétaire dans un cabinet d'avocats toulousains, et des effets personnels sur un chemin de terre au bord d'une route départementale traversant Bouloc. Le procureur de Toulouse avait ouvert une information judiciaire (enquête) pour homicide volontaire.

Jusqu'à 300 gendarmes mobilisés

Les jours suivant, jusqu'à 300 gendarmes ont été mobilisés. Les plaines du Frontonnais, une zone parsemée de vignes, de champs et de bois ont été ratissées et des plongeurs ont même sondé rivières, canaux et puits.

Dans cette affaire deux hommes ont été successivement placés en garde à vue puis relâchés. «Il y a de multiples pistes qu'on vérifie tous les jours», a dit le procureur, refusant de s'exprimer sur des soupçons éventuels en direction d'un homme connu pour des agressions sexuelles, récemment interpellé dans l'ouest de la France et qui était dans la région le 14 février, selon le quotidien local «La Dépêche du Midi».

Plusieurs femmes et jeunes femmes ont été violées et/ou tuées ces derniers mois en France, pour certaines alors qu'elles faisaient un jogging. Ces crimes, dont certains ont été perpétrés par des hommes déjà condamnés, ont relancé le débat sur la récidive que le président français Nicolas Sarkozy a promis à plusieurs reprises de combattre.

(afp)