Municipales

23 juin 2019 18:44; Act: 24.06.2019 02:38 Print

Ekrem Imamoglu réédite sa victoire à Istanbul

Après l'annulation du premier scrutin, le candidat de l'opposition a encore été élu dimanche, synonyme d'une lourde défaite pour Erdogan.

storybild

Ekrem Imamoglu, de dos, célébrant sa victoire dimanche soir. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le candidat de l'opposition Ekrem Imamoglu a réédité dimanche sa victoire aux municipales d'Istanbul après l'annulation du premier scrutin. Il a ainsi infligé au président Recep Tayyip Erdogan son pire revers électoral en 17 ans.

Selon les résultats préliminaires publiés par l'agence étatique Anadolu après dépouillement de plus de 99% des urnes, Ekrem Imamoglu a obtenu 54,03% des voix contre 45,09% pour le candidat de Recep Tayyip Erdogan, l'ancien Premier ministre Binali Yildirim.

Cette élection s'est déroulée près de trois mois après les municipales du 31 mars, gagnées à Istanbul par Ekrem Imamoglu qui avait alors devancé Binali Yildirim de 13'000 voix seulement. Il a considérablement amélioré son score dimanche en obtenant 777'000 voix de plus que son rival.

Le résultat de mars avait été invalidé après des recours du parti islamo-conservateur du président, l'AKP, arguant d'«irrégularités massives». Rejetant ces accusations, l'opposition avait dénoncé un «putsch contre les urnes» et considérait le nouveau scrutin comme une «bataille pour la démocratie».

«Travailler en harmonie»

«Selon les résultats, mon rival Ekrem Imamoglu mène la course. Je le félicite et je lui souhaite bonne chance. J'espère qu'il servira bien Istanbul», a déclaré Binali Yildirim en concédant sa défaite devant la presse.

S'exprimant peu après, Ekrem Imamoglu a estimé que sa victoire marquait «un nouveau début pour la Turquie». Il a invité Recep Tayyip Erdogan «à travailler ensemble pour servir Istanbul». «M. le président, je suis prêt à travailler en harmonie avec vous», a-t-il ajouté.

Recep Tayyip Erdogan qui avait milité pour l'annulation du scrutin de mars, a félicité Ekrem Imamoglu dimanche soir, signalant qu'il acceptait le résultat. «C'est une défaite colossale pour Yildirim, mais aussi pour Erdogan», a estimé Berk Esen, professeur associé à l'université Bilkent, à Ankara. «Son pari s'est retourné contre lui».

Défaite majeure

Car bien plus qu'une élection municipale, le vote à Istanbul avait valeur de test pour la popularité de Recep Tayyip Erdogan et de son parti sur fond de graves difficultés économiques. «Qui remporte Istanbul remporte la Turquie», a coutume de dire le président qui, avec son parti, a gagné toutes les élections depuis l'arrivée au pouvoir de l'AKP en 2002.

Pour Erdogan, il s'agissait de conserver une ville de plus de 15 millions d'habitants, capitale économique du pays, qu'il contrôle depuis 25 ans. Pour l'opposition, d'infliger à Recep Tayyip Erdogan sa première défaite majeure depuis son arrivée au pouvoir.

Des dizaines de partisans de l'AKP se sont rassemblés devant le siège du parti à Istanbul après l'annonce des résultats, certains les larmes aux yeux. En mars, l'AKP avait également perdu la capitale Ankara après 25 ans d'hégémonie des islamo-conservateurs, pénalisé par la situation économique difficile, avec une inflation à 20%, un effondrement de la livre turque et un chômage élevé.

Soutien kurde

Le chef de l'Etat, qui avait jeté toutes ses forces dans la bataille en mars, s'est montré cette fois plus en retrait. Il n'est descendu dans l'arène que dans les derniers jours et a minimisé l'importance du nouveau vote qu'il a qualifié de «symbolique».

La défaite de dimanche est d'autant plus cinglante que l'AKP avait battu le rappel des électeurs conservateurs, mais aussi des Kurdes pour tenter de l'emporter. Ces derniers, considérés comme les «faiseurs de roi», font l'objet d'une féroce bataille. L'AKP a adouci sa rhétorique sur la question kurde ces dernières semaines et Binali Yildirim est allé jusqu'à évoquer le «Kurdistan», un mot tabou dans son camp.

Le principal parti prokurde HDP a appelé, comme en mars, à voter pour Ekrem Imamoglu, ignorant un surprenant appel à la neutralité lancé par le chef historique du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Abdullah Öcalan, depuis sa prison. Ekrem Imamoglu, issu du parti kémaliste CHP (social-démocrate), a pu en outre compter sur l'appui de la formation nationaliste Iyi, canalisant ainsi les principales forces hostiles à Recep Tayyip Erdogan.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • roli le 23.06.2019 20:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    erdogan battu

    heureusement que les turques ont vu clair

  • jeffik le 23.06.2019 22:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    BRAVO

    et vlan dans les dents...c est tout ce qu il mérite

  • Anti totalitariste le 23.06.2019 21:20 Report dénoncer ce commentaire

    Que va faire Erdogan?

    Que va faire Erdogan pour imposer son candidat? Prononcer l'état d'urgence et la loi martiale?

Les derniers commentaires

  • jules césar le 24.06.2019 08:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    peuple ignorant

    Il a toujours la possibilité de refaire une troisième votation. D'ailleurs s'asseoir sur les décisions populaire c'est à la mode. Il a dû apprendre chez nous comment faire comprendre aux citoyens de voter juste.

  • Hulot le 24.06.2019 08:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Espoirs!

    C'est un retour à un peu plus de démocratie ! J'espère que Imamoglu va mettre fin à la corruption qui règne au sein de L'AKP!

    • SWISS DK le 24.06.2019 16:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Hulot

      Quand CHP était au pouvoir. Les hôpitaux prenaient les patients qui n'avaient pas d'argent en otage, les queues interminables pour acheter un bout de pain, les coupures d'électricité et d'eaux souvent plusieurs fois par jours, les retraités qui se mettaient la nuit devant les banques pour pouvoir retirer de l'argent été comme hiver et souvent partaient bredouilles parce que les banques n'avaient pas assez de liquidités? Et quand Erdogan est arrivé tous ces problèmes ont été carrément effacé. Les médias qui sont aux services du pouvoir le traitent de dictateur...

    • Hulot le 24.06.2019 20:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @SWISS DK

      Bravo pour la propagande en faveur d'Erdogan et pour votre sens critique ! Du troisième degré bien évidemment ! :-)))

    • SWISS DK le 25.06.2019 16:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Hulot

      Connais-tu la Turquie? A voir ton commentaire tu connais ce pays depuis ton salon sur ton écran de télévision.

  • newcall le 24.06.2019 08:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    maire

    Le nouveau maire d'Istanbul va devenir la tête de turc d'Erdogan...

  • Liberty Kid le 24.06.2019 07:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Exit Erdogan

    Hourrah! Et maintenant virez moi ce dictateur! Que la Turquie respire à nouveau l'air pur de la liberté et de la laïcité.

    • Ruki le 30.06.2019 03:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Liberty Kid

      La Turquie respirait de l'air pure de la liberté. Maintenant tout va mal se passer pour Istanbul. Car une personne qui est avec les terroristes est en tête. Calmez vous !

  • Un turc le 24.06.2019 07:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    laic

    j espère sincèrement qu erdogan accepte et finisse par quitter le pouvoir. Il faut absolument qu on retrouve un vrai état laic dans notre belle turquie.